Burundi: une enquête de l'ONU réclame une action forte sur les violations graves des droits de l'homme

Écouter /

Des réfugiés burundais dans un camp à Lucenda, en République démocratique du Congo. Photo PAM/Leonora Baumann

Le rapport final de l'Enquête indépendante des Nations Unies sur le Burundi* (EINUB) as été publié mardi, un document qui décrit « d'abondantes preuves de violations graves des droits de l'homme » par le Gouvernement et des personnes qui lui sont associées.

Ces violations pourraient constituer des crimes contre l'humanité, et au vu des schémas de violations généralisées et systémiques et du danger d'une spirale de violence à grande échelle dans le pays, les experts exhorte le Gouvernement du Burundi, l'Union africaine, le Conseil des droits de l'homme et le Conseil de sécurité à prendre une série de mesures robustes afin de préserver les avancées des Accords d'Arusha et de la Constitution de 2005.

Le rapport met en avant le caractère délibéré des schémas de violations, et documente des centaines de cas d'exécutions sommaires, d'assassinats ciblés, de détention arbitraire, de torture et de violence sexuelle.

Selon les enquêteurs, des exécutions ont notamment été commises à grande échelle par les forces de sécurité, souvent avec le soutien du mouvement de jeunes du parti au pouvoir, connu sous le nom d'Imbonerakure. La majorité des victimes étaient opposées, ou perçues comme étant opposées au troisième mandat du Président Nkurunziza.

Les disparitions forcées sont une autre caractéristique de la crise, et les membres de la société civile, en particulier les défenseurs des droits de l'homme et les journalistes, ont été les principales cibles de la répression systématique par les autorités.

Le rapport documente aussi le recours généralisé à la torture et aux mauvais traitements et identifie un schéma de violence sexuelle et ciblant notamment des filles et des femmes qui tentaient de fuir le pays

Les experts avertissent en outre qu'il y a des signes inquiétants du développement d’un culte de la personnalité autour du président, et font part de leurs préoccupation au sujet de l'utilisation d'une rhétorique de division ethnique par le gouvernement et de la menace potentielle à la paix et à la sécurité dans la région des Grands Lacs.

(Mise en perspective : Isabelle Dupuis)

 

 

XXXX

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...