71ème Assemblée générale de l'ONU : le débat annuel, reflet des défis et soubresauts du monde

Ouverture de la 71ème session de l’Assemblée générale des Nations Unies, le 20 septembre 2016, à New York (Crédit photo : ONU/Cia Pak)

A compter du mardi 20 septembre 2016 et durant six jours, les Nations Unies ont vibré au rythme du débat annuel de l'Assemblée générale. Un débat qui, pour cette 71ème session a été lancé par la présentation du dixième et dernier rapport d'activités du Secrétaire général, Ban Ki-moon.

Au cours de son intervention devant les États Membres, le Secrétaire général a dressé le bilan des dix années passées à la tête du Secrétariat de l'ONU. Il s'est déclaré peiné que cette décennie ait été perdue pour établir la paix entre Israël et la Palestine.

Le Secrétaire général a dressé un tableau « profondément préoccupant » de l’état du monde. « Des fossés de méfiance séparent de nombreux citoyens de leurs dirigeants, des extrémistes poussent les opinions dans deux camps opposés, la Terre nous agresse avec la montée des océans, des records de chaleur et des tempêtes, et le danger caractérise la vie de nombreux habitants », a-t-il déploré. « Cent trente millions de personnes ont besoin d’une assistance salvatrice, dont des dizaines de millions sont des enfants et des jeunes, c’est-à-dire que la prochaine génération est déjà menacée », a-t-il souligné.

Cette 71ème session de l'Assemblée générale a été décidément marquée par les départs à l'instar de celui du Président américain, Barack Obama, qui, du haut de la tribune s'est félicité des réalisations de la communauté internationale observées au cours de huit années de son mandat. Il s'est sur ces succès pour justifier son appel au multilatéralisme, à la démocratie et au libre-échange.

De son côté, le Président de la République française a exhorté tous les pays à mettre en œuvre le plus vite possible « l’Accord historique de Paris » sur le changement climatique adopté le 12 décembre 2015 lors de la COP 21 et à accélérer leur processus de ratification afin que tout soit conclu d'ici la fin de l’année.

Lors d'une conférence de presse sur la COP 22, le Ministre des affaires étrangères et de la coopération du Maroc, Salaheddine Mezouar, a souligné son intention de faire de la conférence de Marrakech « un évènement essentiel dans le cadre de la mise en place de solutions concrètes pour le développement durable.

L'Afrique a été largement représentée lors du débat général de l'Assemblée générale, avec notamment l'allocution du Président du Tchad et Président de l'Union africaine, Idriss Deby qui a estimé que le monde et l'Afrique en particulier font face à de multiples menaces à commencer par le terrorisme.

Autre orateur attendu, le chef du gouvernement canadien, Justin Trudeau, a indiqué que son pays a accueilli à bras ouverts 31 000 familles syriennes depuis l'an dernier. Le Premier Ministre du Canada a aussi rappelé les dirigeants à leurs responsabilités premières en soulignant l'importance d'écouter et de répondre aux inquiétudes de leurs concitoyens.

Au cours des six jours marathon du débat général, se sont tenus d'innombrables rencontres bilatérales, conférences de presse, segments ministériels et réunions thématiques de haut niveau. Plusieurs avaient trait aux crises africaines comme celle du 23 septembre sur la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali. Une réunion ouverte par le Président malien, Ibrahim Boubacar Keïta et le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon.

Autre crise et autre pays dans lequel est déployée une opération de maintien de la paix de l'ONU, la République centrafricaine. Un pays qui, après la réussite des élections ces derniers mois, est de l'aveu même de son Président, à un moment critique et doit obtenir rapidement le soutien nécessaire de la communauté internationale, notamment le 17 novembre prochain à l'occasion de la conférence organisée à Bruxelles sur l'avenir du pays.

Et puis s'agissant d'Haïti, dans le Caraïbes, qui bénéficie aussi sur son territoire de la présence d'une Mission de paix des Nations Unies, la MINUSTAH, l'Assemblée a entendu, du haut de la tribune, le Président par intérim, Jocelerme Privert, qui a insisté sur les questions migratoires, l’exode de nombre de ses compatriotes et l'importance des prochains rendez-vous électoraux pour le pays.

 

Interviews et extraits sonores

•Ban Ki-moon, Secrétaire général des Nations Unies

•François Hollande, Président de la République française

•Salaheddine Mezouar, Ministre des affaires étrangères et de la coopération du Maroc

•Idriss Deby, Président du Tchad, Président en exercice de l'Union africaine

•Justin Trudeau, Premier Ministre du Canada

•Abdoulaye Diop, Ministre des affaires étrangères du Mali

•Faustin Archange Touadera, Président de la République centrafricaine

•Jocelerme Privert, Président par intérim d’Haïti

 

 Production et présentation : Jérôme Longué

 Mises en perspective: Isabelle Dupuis et Cristina Silveiro

 Interviews: Cristina Silveiro

 Mixage et production: Carlos Macias

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...