Syrie: l'ONU veut un accès pour les habitants assiégés à Alep

Écouter /

De jeunes déplacés syriens jouant dans les rues d’Alep en Syrie (Photo d’archives: UNHCR/Bassam Diab)

Les Nations Unies ont appelé à une pause dans les combats à Alep et à un accès immédiat aux quelque 1,5 million d'habitants qui risquent d'être totalement assiégés dans cette ville septentrionale de Syrie. Selon des informations fournies par les médias, des combats ont eu lieu ces dernières semaines dans et aux alentours de cette ville divisée entre quartiers Est aux mains des rebelles et quartiers Ouest contrôlés par les forces de Damas. Dans un communiqué diffusé lundi soir, le coordinateur humanitaire de l'ONU pour la Syrie, Yacoub El Hillo, et le coordinateur régional Kevin Kennedy ont donc appelé à une « pause humanitaire » dans les combats.

 

Entre 250.000 et 275.000 personnes seraient coincées dans l'Est d'Alep depuis début juillet et la fermeture de la dernière route d'accès à cette partie de la ville. Depuis le 6 août, la principale route d'accès à l'ouest d'Alep a aussi été coupée, portant le nombre de civils vivant dans une situation de siège à plus de 2 millions. Selon le Coordonnateur humanitaire des Nations Unies pour la Syrie, Yacoub El Hillo, et le Coordonnateur humanitaire régional pour la crise en Syrie, Kevin Kennedy, les communautés à la fois de l'est et de l'ouest d'Alep ont au cours des dernières semaines subi l'essentiel du conflit, avec d'innombrables civils morts ou blessés.

Ces deux hauts responsables onusiens se sont dits extrêmement préoccupés par les conséquences désastreuses pour des millions de civils si les réseaux d'électricité et d'eau ne sont pas immédiatement réparés. Des hôpitaux et des cliniques continuent d'être visés, ce qui compromet gravement la santé et le bien-être de tous les citoyens d'Alep. En outre, des attaques contre des infrastructures civiles cette semaine ont gravement endommagé les réseaux d'eau et d'électricité, laissant plus de deux millions d'habitants d'Alep sans électricité ou un accès au réseau d'eau public. L'eau disponible par le biais de puits et de réservoirs à Alep n'est pas suffisante pour subvenir aux besoins de la population », ont ajouté M. El Hillo et M. Kennedy dans un communiqué de presse conjoint.

Face à cette situation, ils ont appelé à une « pause humanitaire » dans les combats. A cet égard, « l'ONU se tient prêt à aider la population civile d'Alep, une ville désormais unie dans sa souffrance ». Mais elle « a au moins besoin d'un véritable cessez-le-feu ou de pauses humanitaires hebdomadaires de 48 heures pour avoir accès aux personnes dans le besoin et pour réapprovisionner les stocks de nourriture et médicaments, qui sont à un niveau dangereusement bas ».

Par ailleurs, les Nations Unies ont invité « toutes les parties à garantir la sécurité, et la dignité de tous les civils et des infrastructures civiles, conformément au droit international humanitaire et des droits humains ». « L'ONU réitère son appel à la levée immédiate de tous les sièges. Lorsqu'elles sont utilisées pour priver intentionnellement les gens de nourriture et d'autres articles essentiels à leur survie, les tactiques de siège constituent un crime de guerre », ont prévenu M. El Hillo et M. Kennedy.

(Interview : Jens Laerke, porte-parole du Bureau de l'ONU de la coordination des affaires humanitaires à Genève ; propos recueillis par Alpha Diallo)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
14/12/2017
Loading the player ...