Soudan du Sud : les auteurs de violences sexuelles seront tenus responsables

Écouter /

La Représentante spéciale Zainab Bangura (gauche) rencontrant des personnes déplacées dans un site de protection de civils dans la base de la MINUSS, à Juba, Soudan du Sud (Photo: UNMISS/Isaac Gideon, Archives)

« La première obligation de l'État est de protéger ses citoyens et le gouvernement sud-soudanais doit absolument tout faire pour stopper cette situation. Sinon il revient à la communauté internationale de le faire. » C'est ce qu'a affirmé lundi, la Représentante spéciale du Secrétaire général contre les violences sexuelles dans les conflits armés en réaction aux rapports selon lesquels il y a eu plus de 217 cas de violences sexuelles contre des femmes et filles lors des violences entre le 8 et 25 juillet derniers.

Zeynab Hawa Bangura s'est engagée à tenir les auteurs de ces crimes responsables de leurs actes. Elle a indiqué qu'elle avait déjà rencontré le President du Soudan du Sud, Salva Kiir et le leader de l'opposition, Riek Machar. Elle a déclaré avoir été non seulement déçue, mais en colère de voir, en tant que femme africaine, comment les femmes aux Soudan du Sud, sont une fois de plus plongées dans un conflit.

Zeynab Hawa Bangura a déclaré que c'est la troisième fois, après 50 années de guerre civile, puis à nouveau en décembre et maintenant en juillet qu'une telle situation se produit. Elle a indiqué qu'elle se battrait, avant de quitter l’ONU, pour que toutes ces personnes qui commettent ces crimes soient tenues responsables.

(Extrait sonore : Zeynab Hawa Bangura, Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies contre les violences sexuelles dans les conflits armés; propos recueillis par Lwak Nelson, Radio Miraya FM, Soudan du Sud)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
18/10/2017
Loading the player ...