Soudan du Sud : 586 cas de choléra dont 21 décès

Écouter /

Des casques bleus de l’ONU distribuent de l’eau potable à des déplacés dans un camp à Juba (photo d’archives: OMS)

Résurgence de la rougeole, risques de cas de paludisme avec la saison des pluies et insécurité alimentaire, la population civile au Soudan du Sud paie un lourd tribut après les combats violents qui ont opposé les forces du président Salva Kiir à celles de l'ex vice-président Riek Machar au mois de juillet. Mais c'est surtout le retour la réapparition de l'épidémie de choléra qui préoccupe davantage les organismes humanitaires. Selon l'Organisation mondiale de la santé, 586 cas ont été signalé dont 21 décès à la date du 30 juillet.

L'OMS redoute même que l'épidémie de choléra se propage davantage en raison de la saison des pluies et du nombre de déplacés dans le pays. Avec les violences qui ont eu lieu il y a quelques semaines, il y a beaucoup de déplacement de populations. Et comme ces dernières bougent, le choléra se propage beaucoup plus facilement.  Et pour contrer l'épidémie, l'OMS a aidé les autorités sud-soudanais à installer un centre de traitement à l'hôpital universitaire de Juba. Les humanitaires veillent aussi à ce que l'eau consommée par les déplacés soit potable et que les déchets soient déposés dans un lieu approprié. L'OMS avait d'ailleurs lancé la semaine dernière une campagne de vaccination contre le choléra. Près de 14.000 personnes ont été ainsi vaccinées dans le camp de déplacés de Tomping à Juba, la capitale sud-soudanaise.

Par ailleurs, l'OMS souligne que depuis la mi-juillet, il y a plus de 1.500 cas de rougeole dont dix-sept décès. « Nous avons déjà vacciné plus de 13.000 personnes et une campagne nationale de vaccination contre la rougeole est prévu en novembre prochain », a fait remarquer Fadela Chaib, porte-parole de l'OMS dans un entretien avec la Radio des Nations Unies.

Il faut juste rappeler que le conflit au Soudan du Sud, qui a éclaté en décembre 2013, est à l'origine d'une des pires situations de déplacement dans le monde : environ 1,6 million de personnes sont déplacées à l'intérieur du pays et près de 900.000 ont trouvé refuge au-delà de ses frontières, principalement en Ethiopie, au Soudan et en Ouganda. Près de 4,8 millions de Sud-Soudanais souffrent d'insécurité alimentaire dans ce pays.

(Extrait sonore : Fadela Chaib, porte-parole de l'OMS à Genève ; propos recueillis par Alpha Diallo)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
08/12/2017
Loading the player ...