Sahara occidental : Ban Ki-moon préoccupé par le regain de tension au sud-ouest du territoire

Écouter /

Des Casques bleus de la MINURSO. Photo ONU/Martine Perret

Le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, s'est dit dimanche profondément préoccupé par la situation tendue qui s'est développée dans l’étroite zone tampon au sud-ouest du Sahara occidental entre la berme marocaine et la frontière mauritanienne à la suite de changements dans le statu quo et le déploiement d’unités armées du Maroc et du Polisario à proximité les unes des autres.

Le Secrétaire général appelle les deux parties à suspendre toute action qui modifierait le statu quo et à retirer tous les éléments armés de manière à empêcher toute nouvelle escalade et permettre à la MINURSO de tenir des discussions avec les deux parties sur la situation, indique son porte-parole dans une declaration publiée dimanche, en fin d’après-midi.

Ban Ki-moon souligne l’importance pour les deux parties de respecter leurs obligations conformément à la convention militaire numéro 1, et la nécessité de respecter la lettre et l’esprit de l’accord de cessez-le-feu.

Le 29 avril dernier, le Conseil de sécurité de l’ONU avait prorogé d’un an, jusqu'au 30 avril 2017, le mandat de la Mission des Nations Unies pour l’organisation d’un référendum au Sahara occidental (MINURSO) et avait jugé urgent que la Mission puisse de nouveau exercer pleinement ses fonctions. Le Conseil avait alors réaffirmé sa volonté d’aider les parties à parvenir à une solution politique « juste, durable et mutuellement acceptable qui permette l’autodétermination du peuple du Sahara occidental.

L’administration coloniale du Sahara occidental par l’Espagne a pris fin en 1976. Des combats ont éclaté par la suite entre le Maroc et le Front Polisario. Un cessez-le feu a été conclu en septembre 1991. La MINURSO est chargée de la surveillance de ce cessez-le-feu et de l’organisation d’un référendum sur l’autodétermination au Sahara occidental.

Le Maroc a présenté un plan d’autonomie, mais la position du Front Polisario est que le statut final du territoire doit être décidé lors d’un référendum sur l’autodétermination qui comprend l’indépendance comme option.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
14/12/2017
Loading the player ...