Près de 100 000 déplacés enregistrés au Sud-Kivu au premier semestre 2016

Écouter /

Des déplacés de Kiwanja, en RDC, achetant des vivres (Crédit photo: Jules Ngala, Radio Okapi)

Près de cent mille déplacés ont été enregistrés au cours des six premiers mois de cette année 2016. Les principales causes de déplacement de ces personnes restent l'insécurité et les catastrophes naturelles, rapportent vendredi 19 août des humanitaires de la région. La plupart de ces personnes ont quitté leurs milieux fuyant l'insécurité des groupes armés, les affrontements militaires et intercommunautaires, les épidémies et d'autres catastrophes naturelles, ont expliqué les humanitaires, à l'occasion de la célébration de la journée mondiale de l'aide humanitaire.

 

Actuellement, toute la province du Sud-Kivu enregistre dans l'ensemble 375 000 déplacés internes. Mais les humanitaires affirment être confrontés à plusieurs défis qui les empêchent d'assister correctement les personnes vulnérables.

 

« L'accès des acteurs humanitaire dans le Sud-Kivu pose problème pour fournir une assistance. 65% des routes sont impraticables. Et notre plus grand problème, c'est la sécurité. En fin juin, on a vu qu'il y a eu 29 incidents contre les humanitaires au Sud-Kivu. Il y a un autre défi qu'on a aujourd'hui, c'est le financement. Il n'y a pas nécessairement augmentation des fonds qui sont disponibles pour répondre aux besoins immédiats », déplore Tobias Schuldt, le chef de sous-bureau du Bureau de coordination des Affaires humanitaires (OCHA) au Sud-Kivu.

 

La communauté humanitaire du Sud-Kivu estime son besoin d'aide humanitaire à plus de 11 millions USD, dans l'immédiat pour assister les personnes vulnérables.

(Extrait sonore : correspondance à Bukavu d'Emmanuel Elameji, Radio Okapi)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...