Mali/ CPI: ouverture du procès historique sur la destruction de monuments de Tombouctou

Écouter /

A la Cour pénale internationale (CPI) à La Haye, Ahmad Al Faqi Al Mahdi a plaidé coupable de crime de guerre pour la destruction de monuments historiques et religieux de Tombouctou, au Mali. (Photo : CPI)

Le procès contre Ahmad Al Faqi Al Mahdi s’est ouvert lundi devant la Cour pénale internationale (CPI) à La Haye, aux Pays-Bas.

L'accusé, membre d’Ansar Dine et connu sous le nom de guerre « Abou Tourab », a plaidé coupable de crime de guerre consistant en la destruction de monuments à caractère historique et religieux à Tombouctou, au Mali entre le 30 juin 2012 et le 11 juillet 2012.

C'est la première fois qu'un accusé plaide coupable devant la CPI.

Il s’agit également du premier procès international se concentrant sur la destruction de monuments historiques et religieux, ainsi que du premier concernant la situation au Mali.

L'ouverture du procès historique a débuté par la lecture d’un extrait de la charge à l’encontre d’Ahmad Al Faqi Al Mahdi.

« Diriger intentionnellement une attaque contre des monuments historiques et bâtiments consacrés à la religion constitue un crime de guerre, dûment réprimé par le Statut de Rome. Ce sont des crimes graves qui doivent être portés entre les mains de la justice », a déclaré la Procureure de la CPI, Fatou Bensouda, devant le président et les juges de la cour à l’ouverture du procès.

Selon la Procureure le procès est d'autant plus historique « que la période présente est marquée par une rage destructrice, où le patrimoine de l’humanité est l’objet de saccages répétés et planifiés, par des individus et groupes dont le but est d’éradiquer toute représentation du monde différente de la leur, en éliminant les éléments matériels qui sont au cœur de la vie de communautés dont l’altérité et les valeurs sont ainsi tout simplement niées et annihilées ».

« Ce qu’il y a de gravissime dans ce crime, c’est qu’il s’agit d’une atteinte profonde à l’identité, à la mémoire et par là-même, au futur de populations entières » a expliqué Fatou Bensouda..

Ahmad Al Faqi Al Mahdi a confirmé aux juges qu’il comprenait l’accusation à son encontre et a ensuite reconnu sa culpabilité du crime de guerre consistant en la destruction alléguée de monuments à caractère historique et religieux. L’Accusation a ensuite commencé la présentation de son affaire, qui devrait durer deux jours.

Une fois que la Procureure aura conclu sa présentation, le Représentant légal des victimes ainsi que la défense présenteront leurs remarques. De plus, les juges ont décidé que la Défense pourrait demander l’introduction de dépositions ultérieures par écrit de deux témoins de la Défense, en lien avec la peine éventuelle. Les juges commenceront ensuite leurs délibérations et prononceront en temps voulu une décision sur la culpabilité ou l’innocence de l’accusé et la peine éventuelle.

 

(Extrait sonore : Fatou Bensouda, Procureure de la CPI)

 

Classé sous L'info, Le Journal.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...