Journée internationale de la jeunesse: les jeunes sous-représentés dans les parlements

Écouter /

UN Photo/Rick Bajornas

A l’occasion de la Journée internationale de la jeunesse, célébrée chaque année le 19 août, le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon affirme que les jeunes du monde entier – qui représentent la génération de jeunes la plus nombreuse de l'histoire – peuvent, au niveau mondial, briser les schémas du passé et mettre le monde sur la voie d'un avenir plus durable.

Directement touchés par les tragiques contrastes qui existent à l'heure actuelle entre la pauvreté extrême et la richesse ostentatoire, la faim dévorante et le gaspillage alimentaire honteux, les riches ressources naturelles et les industries polluantes, ils peuvent apporter des solutions à ces problèmes, qui sont au cœur du Programme de développement durable à l'horizon 2030.

Depuis toujours, les jeunes sont à l'avant-garde et aujourd'hui, ils sont mieux informés que toutes les générations qui les ont précédés. En faisant preuve à la fois de dynamisme, de créativité et d'idéalisme, ils peuvent changer les attitudes et aider à créer des industries plus durables.

Mais un récent rapport de l’Union interparlementaire (UIP) pointe du doigt la sous-représentation « chronique » des jeunes dans les Parlements, révélant notamment que moins de 2% des 45 000 parlementaires du monde ont moins de 30 ans, un taux qui n’a pratiquement pas évolué depuis deux ans.

Selon cette étude les jeunes femmes sont doublement défavorisées, et les statistiques indiquent aussi que plus forte est la proportion des jeunes de moins de 30 ans dans la population d’un pays, moins il y a de parlementaires de ce groupe d’âge.

Le Secrétaire général de l’UIP, Martin Chungong, parle de paradoxe car si « on reconnait le rôle que doit jouer le jeune mais on ne lui donne pas les opportunités pour participer à la gestion de la chose publique ».

Il explique aussi que la situation dans les pays diffère notamment en fonction du système politique qui y existe. Ainsi, selon l’UIP, les scrutins proportionnels donnent 15 à 20% de chance supplémentaire d’avoir une proportion plus importante de chance que dans les systèmes majoritaires.

(Interview: Martin Chungong, Secrétaire général de l’Union interparlementaire; propos recuillis par Isabelle Dupuis)

Classé sous Dossiers, L'info.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
14/12/2017
Loading the player ...