Ouganda: 1 000 réfugiés Sud-Soudanais arrivent chaque jour, deux tiers sont des enfants

Écouter /

Des réfugiés Sud Soudanais devant le centre d’accueil de Nyumanzi à Adjumani dans le nord de l’Ouganda. © HCR / I. Kasamani © UNHCR/I. Kasamani

Les Sud-Soudanais fuient actuellement vers l’Ouganda au rythme d'environ 1 000 par jour, dont les deux tiers ont moins de 18 ans, dans un scénario que le Haut-Commissaire pour les réfugiés a décrit mercredi à l'issue de la visite du Haut-Commissaire, en Ouganda, comme une «urgence des enfants ».

Filippo Grandi s'est rendu en Ouganda pour mieux comprendre les besoins des réfugiés et témoigner de leur situation de ses propres yeux. Il a exhorté les leaders du Soudan du Sud à faire ce qui convient pour les Sud Soudanais.

Depuis que les combats entre factions rivales loyales au président et à l'ancien vice-président ont éclaté début de Juillet au Soudan du Sud, environ 100.000 civils se sont réfugiés en Ouganda, en quête de sécurité, selon le HCR.

En seulement deux mois le nombre de réfugiés a doublé par rapport aux six premier mois de cette année, précise l'agence.

Selon le HCR les gens qui arrivent en Ouganda nous racontent des histoires terrifiantes sur la violence. Leurs villages sont attaqués par les groupes armés, les civils tués, les filles et les femmes souffrent d'assauts sexuels, et nous avons même reçu des informations selon lesquelles des jeunes de 12 ans sont arraches a leurs école et recruter de force au sein des groupes armés.

Lundi le Haut-commissaire s'était rendu dans le district d'Ajumani, qui accueille la plupart des réfugiés sud-soudanais en Ouganda.

Selon Charles Yaxley du HCR ce qui est particulièrement frappant dans le camp d'Ajumani, c'est le nombre de jeunes qui y vivent, « C'est vraiment une urgence des enfants »

« Ce sont les enfants qui sont forcés de fuir leurs domiciles parce qu'ils sont recrutés de force et que leurs villages sont attaqués par des groupes armés. Ce sont les enfants qui sont forcés de marcher dans la brousse souvent pendant des jours sans avoir à manger en quête de sécurité. Et ce sont les leaders du Soudan du sud de demain, ils sont la prochaine génération du Soudan du Sud . Et ils ont besoin de l'appui de la région et de la communauté internationale pour reconstruire leur pays », a affirmé le responsable d'information pour le HCR au Soudan du Sud.

(Extrait sonore : Charles Yaxley chargé d'information pour le HCR au Soudan du Sud; propos recueillis par Sani Martin, Radio Miraya)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...