Grèce : les enfants réfugiés et migrants bloqués confrontés à une double crise

Écouter /

Un garçon s'accroche à un grillage près de la ville de Gevgelija, dans l'ex-République yougoslave de Macédoine, à la frontière avec la Grèce. Photo UNICEF/ Georgiev.

Avec l’augmentation soudaine des arrivées de réfugiés et migrants en Grèce, des centaines d’autres enfants sont de plus en plus bloqués alors qu'ils ont des besoins essentiels en matière d’éducation et de protection, estime l'UNICEF.

Davantage de personnes sont arrivées au cours des trois premières semaines d’août que durant tout le mois de juillet 2016 (1 920 pour juillet, 2 289 au 24 août). Ce nouvel afflux survient à un moment où la Grèce a du mal à maintenir un système de protection sociale tendue en raison de la crise économique en cours, laissant les enfants réfugiés et migrants face à une double crise. Au total, les enfants représentent près de 40% de la population actuelle.

« Il y a un vrai sens en Grèce des familles de réfugiés dans l’attente – en attente de leur demande d’asile à traiter, une décision de déménager ailleurs en Europe, en attendant une bonne scolarisation et des terrains de jeux pour leurs enfants, un logement convenable, en attendant simplement de savoir de quoi sera fait leur avenir “, a déclaré Laurent Chapuis, Coordonnateur de l’UNICEF pour le statut de réfugié et la réponse des migrants en Grèce.

Pour les enfants cette attente semble une éternité – beaucoup de pays déchirés par des conflits comme la Syrie, l’Afghanistan et l’Iraq n'ont pu fournir une quelconque éducation ou ont perdu des années de scolarité et voient leur apprentissage retardé une fois encore.

«L’éducation est un des moyens les plus puissants pour protéger les enfants contre toutes les formes de violence”, a ajouté M. Chapuis. “Cela signifie que nous devons tous unir nos forces pour renforcer les efforts du gouvernement pour inscrire des enfants à l’école en septembre.”

Des rapports récents faisant état d’abus sexuels, de violence et de négligence sont une indication des conditions de vie inadaptées et de mécanismes affaiblis en matière de protection des enfants. Le fait que le service public soit surchargé a également aggravé les risques pour les enfants réfugiés et migrants.

Il y a près de 27.500 enfants bloqués en Grèce et le nombre continue d’augmenter. Il y a au moins 2.250 enfants non accompagnés en Grèce mais seulement un tiers séjournent dans les refuges officiels. Malgré les efforts continus du gouvernement et des partenaires, la nécessité d’un logement temporaire, de services de protection de l’enfance et de scolarisation reste aiguë.

Scolariser les enfants est une priorité pour l’UNICEF et ses partenaires en Grèce, en particulier à la lumière des récents rapports des enfants à risque. L’UNICEF soutient l’apprentissage et des activités récréatives pour les enfants réfugiés dans le camp de Skaramangas, près d’Athènes, avec l’ONG Ecole ouverte grecque pour les migrants du Pirée, ainsi qu'en fournissant 11 salles de classe dans des conteneurs. Les programmes d’éducation de l’UNICEF sont en cours d’extension au-delà de l’Attique à d’autres camps, en ciblant au moins 5.000 enfants d'ici la fin de l’année en collaboration avec le Ministère de l’éducation pour aider à intégrer les enfants réfugiés dans le système éducatif grec.

(Extrait sonore : Sarah Crowe, porte-parole de l'UNICEF; propos recueillis par Alpha Diallo)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
13/12/2017
Loading the player ...