Syrie: l'ONU demande 48 heures de trêve chaque semaine pour aider Alep

Écouter /

Une vue des dégâts causés par la guerre en Syrie à Salah Ed Din dans la banlieue d’Alep. Photo: OCHA/J. Guerrero

L'ONU s'est une nouvelle fois préoccupée de la situation dans la ville syrienne de Madaya où ses 40.000 habitants n'ont plus reçu de l'aide depuis le 30 avril dernier. « Une maman de Madaya n'a pas de nourritures pour ses enfants », s'est ainsi alarmé Jan Egeland lors d'une conférence de presse ce jeudi à Genève.  Le Conseiller spécial de l'Envoyé spécial des Nations Unies pour la Syrie a également plaidé pour une pause de 48 heures dans les combats  pour éviter une catastrophe à Alep. Malgré tout, plus d'un million d'habitants des régions assiégées et difficilement accessibles de la Syrie ont jusqu'ici reçu une aide humanitaire.

Depuis le début de l'année, plus d'un million de personnes en Syrie ont pu recevoir une aide de l'ONU et de ses partenaires, y compris 400.000 personnes parmi les quelque 600.000 qui vivent dans des zones assiégées. Cette aide a été fournie grâce à une centaine de convois, soit plus du double par rapport à toute l'année dernière quand 45 convois avaient livré une assistance aux habitants syriens.

Même si cela constitue un progrès, c'est une goutte d'eau par rapport aux besoins de protection des gens dans les zones difficiles d'accès et assiégées, a averti le Conseiller spécial de l'Envoyé spécial des Nations Unies pour la Syrie. A l'issue d'une réunion du Groupe de travail sur l'accès humanitaire ce jeudi à Genève, Jan Egeland a plaidé pour une trêve des combats de 48 heures chaque semaine pour apporter de l'aide aux 250.000 habitants bloqués dans la partie orientale d'Alep. Selon ce haut responsable onusien, « le compte à rebours a commencé » et les « convois humanitaires sont déjà prêts ». Jan Egeland insiste sur cette « fenêtre de deux jours de trêve hebdomadaire pour atteindre la partie est d'Alep », une « pause dans les combats pour éviter une catastrophe ». Il faut juste rappeler que les forces gouvernementales ont coupé le 7 juillet dernier la route de Castello, le dernier axe de ravitaillement des quartiers Est de la ville tenus par les rebelles.

(Correspondance d'Alpha Diallo à Genève, pour la Radio des Nations Unies)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
17/10/2017
Loading the player ...