Syrie: les attentes de Staffan de Mistura sur les discussions américano-russes de Moscou

Écouter /

L’Envoyé spécial de l’ONU pour la Syrie, Staffan de Mistura, et son Conseiller spécial. Jan Egeland (à gauche) lors d’un point de presse à Genève.

Le Médiateur de l'ONU pour la Syrie a exprimé l'espoir que les discussions américano-russes prévues aujourd'hui à Moscou permettraient de réaliser des progrès sur les discussions intersyriennes, notamment concernant l'arrêt de bombardements aveugles et une formule sur la transition politique. A en croire Staffan de Mistura, les prochains jours seront déterminants pour mesure l'état d'avancement de la relance des pourparlers, tout en rappeler l'importance d'un accord entre Washington et Moscou sur cet épineux dossier syrien.

 

L'Envoyé spécial de l'ONU pour la Syrie attend beaucoup du voyage du Secrétaire d'Etat américain ce jeudi à Moscou et des discussions américano-russes pour avoir une idée sur la relance des pourparlers de paix de Genève. Dans la capitale russe, John Kerry rencontrera le président Vladimir Poutine et son homologue Sergueï Lavrov afin de tenter de ressusciter le processus de paix en Syrie. Selon Staffan de Mistura, « les prochains jours seront cruciaux », non sans rappeler l'importance du rôle de la Russie et des Etats-Unis qui co-dirigent les efforts de la communauté internationale pour réunir autour d'une même table de négociations le régime de Damas et les groupes d'opposition armés.

C'est la raison pour laquelle le diplomate italo-suédois attend de voir ce qui se passe à Moscou pour mesurer les progrès susceptibles de relancer ces discussions intersyriennes. Il s'agit surtout de signaux sur la cessation des hostilités, l'arrêt des bombardements indiscriminés et l'adoption d'une nouvelle feuille de route sur la transition politique. Une façon pour Staffan de Mistura de rappeler qu'il fallait « assez de soutien pour donner une chance suffisante à une reprise efficace d'une troisième session de pourparlers inter-syriens, qui ont pour date-cible le mois d'août à Genève ».

Sur le plan humanitaire, le Conseiller spécial de Staffan de Mistura s'est préoccupé de la poursuite des combats qui empêchent de fournir de l'aide aux zones assiégées alors que Damas continue de supprimer les fournitures médicales des convois d'aide. Jan Egeland s'est ainsi inquiété de la situation dans l'Est d'Alep et à Madaya où après la malnutrition, ses habitants sont menacés de famine.

(Correspondance d'Alpha Diallo à Genève, pour la Radio des Nations Unies)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...