Soudan du Sud : au moins 36.000 déplacés à Juba depuis vendredi

Écouter /

Des déplacés dans un camp géré par l’ONU (Photo: UNMISS)

Au moins 36.000 personnes ont été déplacées par les combats au Soudan du Sud depuis vendredi, après quatre jours d’affrontements meurtriers à Juba entre forces loyalistes et ex-rebelles. Selon le Bureau de coordination des Affaires humanitaires de l’ONU (OCHA), il s'agit de déplacement dans et autour de la capitale sud-soudanaise. Malgré les restrictions de mouvements, c'est le branle-bas de combat des organismes humanitaires pour apporter de l'aide aux populations vulnérables.

Par exemple, l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) organise l’envoi de trousses de premiers soins. Et ses équipes sur place indiquent avoir vu des civils bloqués dans des églises ou des écoles, sans accès à l’eau potable ou aux sanitaires.

Et pour tous les organismes humanitaires présents dans ce pays, l'urgence est l'accès. « L’accès aux personnes dans le besoin est limité par la poursuite des combats et l’insécurité », avait d'ailleurs averti le Bureau de coordination des Affaires humanitaires de l’ONU dans un communiqué rendu public ce mardi à Genève. C'est dans ce contexte que les Nations unies ont lancé mardi un appel à la liberté de mouvement et à la protection des civils qui cherchent à fuir les combats à Juba, la capitale du Soudan du Sud, où au moins 36.000 personnes se sont réfugiées sur des sites gérés par l’Onu ou en d’autres endroits de la ville.

Il faut juste rappeler que le président sud-soudanais, Salva Kiir, et son vice-président Riek Machar ont chacun ordonné lundi à leurs troupes de cesser le feu, au terme de plusieurs journées de violents combats à Juba.

(Extrait sonore : Tarik Jasarevic, porte-parole de l'OMS ; propos recueillis par Alpha Diallo)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
17/10/2017
Loading the player ...