Soudan du Sud : à la veille de l'anniversaire de l'indépendance du pays, le HCR préoccupé par les déplacements forcés

Écouter /

Des jeunes déplacées assises sur les ruines d’une école primaire, soutenue par l'UNICEF, dans le site de protection des civils de Malakal (Photo : UNICEF)

Ce samedi 9 juillet marquera le cinquième anniversaire du  plus jeune pays du monde, le Soudan du Sud. Cinq ans après son indépendance, l'heure n'est pas à la fête dans ce pays plongé dans une guerre civile, avec son lot de déplacés et une «insécurité alimentaire» qui a atteint présentement un niveau sans précédent depuis l'indépendance: elle touche près de 5 millions de personnes, soit plus du tiers de la population.

A la veille des célébrations du cinquième anniversaire de l'indépendance du Soudan du Sud, le 9 juillet, le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) s'est dit gravement préoccupé par les déplacements forcés qui résultent des violences, à la fois à l'intérieur du pays et dans les pays voisins.

 

Selon l'Agence des Nations Unies pour les réfugiés, cette plus jeune nation du monde figure actuellement parmi les pays ayant les plus importants niveaux de déplacements de population provoqués par des conflits. Près d'un quart des citoyens du Soudan du Sud sont déplacés à l'intérieur de leurs frontières ou dans les pays voisins, soit environ 2,6 millions de personnes pour une population totale de près de 11,3 millions en 2013. Et selon le HCR, une grande majorité des personnes déplacées sont des enfants.

Autre source de préoccupation pour les humanitaires, l'augmentation de l'insécurité alimentaire et de la détérioration des conditions économiques en raison des violences. Les agences de l'ONU estiment que le nombre de personnes souffrant d'insécurité alimentaire dans le pays devrait prochainement augmenter de 4,3 millions à 4,8 millions.

Les humanitaires redoutent une détérioration d'une situation déjà inquiétante d'autant plus que « malgré l'accord de paix qui a officiellement mis fin à la guerre civile en août 2015, les conflits et l'instabilité se sont propagés dans des zones auparavant non touchées dans les régions de l'Équatoria et du Bahr el-Ghazal ». Le HCR signale à cet égard que le mois dernier, des affrontements meurtriers dans la ville de Wau ont entraîné la mort de plus de 40 personnes et le déplacement de 35.000 autres.

Illustration de l'instabilité du Soudan du Sud et de la fragilité de la situation, au cours des neuf derniers mois de cessez-le-feu, il n'y a pas eu de grand mouvement de retour de réfugiés. « Durant cette période, le nombre de déplacés a augmenté de 100.000 personnes, alors que le HCR a enregistré près de 140.000 nouveaux réfugiés », a d'ailleurs précisé le HCR.

Il faut juste rappeler que plus de 860.000 réfugiés sud-soudanais ont trouvé refuge dans les pays voisins (Soudan, Ethiopie, Ouganda, Kenya, République démocratique du Congo et Centrafrique), ce qui en fait le quatrième plus grand pays producteur de réfugiés dans le monde.

(Extrait sonore : Nora Sturm, porte-parole du HCR à Genève ; propos recueillis par Alpha Diallo)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
08/12/2017
Loading the player ...