Paris : une 2ème Conférence mondiale sur la santé et le climat pour la mise en œuvre de l'Accord de la COP 21

Écouter /

Le fjord d’Ilulissat, au Groënland. Photo ONU/Mark Garten

Plus de sept mois après la signature historique de l'Accord de Paris sur le climat, adopté le 12 décembre 2015, des experts des Nations Unies se retrouvent dans la capitale française. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) et le gouvernement français, qui assure la Présidence de la Conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, organisent conjointement, ce jeudi et demain vendredi, la deuxième Conférence mondiale sur la santé et le climat. L'objectif est de voir « comment la communauté de la santé publique soutiendra la mise en œuvre de l'accord de Paris, afin de créer des sociétés plus saines et durables ».

Dans cette interview accordée à la Radio de l'ONU, la Directrice du Département OMS chargé de la Santé publique, note qu'après l'Accord de Paris, l'urgence est de réduire les risques du changement climatique sur la santé. Selon Dr Maria Neira, les changements climatiques provoquent déjà des dizaines de milliers de morts par an du fait de l'évolution des maladies, des événements climatiques extrêmes, comme les canicules et les inondations, et de la dégradation de la qualité de l'air.

A cet égard, l'OMS estime qu'en 2012, environ 7 millions de personnes sont mortes de maladies liées à la pollution de l'air, ce qui en fait à l'échelle mondiale le risque environnemental le plus important. Elle prévoit qu'entre 2030 et 2050, les changements climatiques pourraient provoquer 250.000 décès de plus par an, imputables au paludisme, à la diarrhée, au stress thermique et à la malnutrition. Les enfants, les femmes et les pauvres dans les pays à faible revenu seront les plus vulnérables et les plus affectés, ce qui accroîtra les écarts dans le domaine de la santé.

Dans ces conditions, les responsables de l'OMS, tout comme les autorités françaises fondent beaucoup d'espoir sur la mise en œuvre de l'Accord de Paris « qui aura un impact majeur sur les politiques de santé publique avec les mesures prises par les pays ». « Comme l'Accord l'énonce, «le droit à la santé» occupera une place centrale dans les mesures prises », fait d'ailleurs remarquer cette institution onusienne. En plus de fixer des objectifs ambitieux pour freiner les émissions de gaz à effet de serre afin de limiter le réchauffement climatique mondial bien en dessous de 2 °C, l'accord engage aussi les pays à renforcer leur adaptation.

Cela inclut la mise en œuvre de plans destinés à protéger la santé humaine contre les pires impacts du changement climatique, pollution atmosphérique, vagues de chaleur, inondations, sécheresses, et contre la dégradation continuelle des ressources hydriques et de la sécurité alimentaire. Il engage les pays à financer un avenir propre et résilient pour ceux qui sont les plus vulnérables.

(Extrait sonore : Docteur Maria Neira, Directrice du Département OMS chargé de la Santé publique, des déterminants sociaux et environnementaux de la santé)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
12/12/2017
Loading the player ...