Nigeria: suspension temporaire de l'aide humanitaire après l'attaque contre un convoi de l'ONU

Écouter /

Un dépistage nutritionnel pour les enfants du camp de déplacés de Dalori, dans la ville de Maiduguri, dans l'Etat de Borno, au nord-est du Nigéria. Photo: UNICEF/Esiebo

C'est sûrement la première fois qu'un convoi humanitaire international est attaqué depuis le début de l'insurrection de Boko Haram au nord-est du Nigeria. Mais selon l'UNICEF, un convoi humanitaire des Nations unies a été attaqué hier jeudi dans cette zone de l'Etat de Borno, une région en proie aux violences du groupe djihadiste nigérian, faisant plusieurs blessés. L'ONU a temporairement suspendu ses missions d'assistance humanitaire dans cette zone, le temps de faire une évaluation sécuritaire.

 

Dans une interview accordée à la Radio des Nations Unies, le porte-parole de l'UNICEF à Genève a indiqué  que des assaillants non identifiés ont attaqué le convoi qui comportait des employés de l'UNICEF, de l'UNFPA (Fonds des Nations unies pour la population) et de l'OIM (Organisation Internationale pour les Migrations). Selon Christophe Boulierac, l'employé de l'UNICEF et le contractuel de l'OIM qui ont été blessés, sont actuellement soignés dans un hôpital de la région.

A ce stade, l'UNICEF ne donne plus de détails sur les circonstances et les auteurs de cette attaque mais admet que le convoi a été attaqué quand « il était sur la route entre Bama et Maiduguri, dans l'Etat du Borno ». Les humanitaires revenaient d'une mission d'assistance pour des personnes qui en ont un immense besoin. Des troupes de l'armée nigériane qui escortaient les employés des organisations humanitaires ont été ainsi prises dans une embuscade.

L'Unicef effectuait une mission dans cette région reculée du nord-est du Nigeria, où le conflit a provoqué une grave crise humanitaire et alimentaire. « Ce n'est pas seulement une attaque contre des travailleurs humanitaires. C'est une attaque contre les gens qui ont cruellement besoin de l'aide que les humanitaires viennent leur apporter », a d'ailleurs souligné cette agence onusienne dans un communiqué rendu public tard dans la soirée d'hier jeudi.

(Extrait sonore : Christophe Boulierac, porte-parole de l'UNICEF à Genève ; propos recueillis par Alpha Diallo)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
11/12/2017
Loading the player ...