Mali: le site de Djenné inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en péril

Écouter /

Détail de la façade de la mosquée de Djenné, au Mali, sur laquelle figure notamment un haut-parleur. Photo: © UNESCO/Francesco Bandarin

Le Comité du patrimoine mondial de l'UNESCO a inscrit les Villes anciennes de Djenné, au Mali, sur la Liste du patrimoine mondial en péril. L’insécurité qui prévaut dans la région ne permet pas, en effet, la mise en œuvre des mesures de protection du bien, et le Comité, qui est réuni depuis le 10 juillet à Istanbul, est notamment préoccupé par la détérioration des matériaux dans la ville historique, la pression urbaine et l’érosion des sites archéologiques.

Habité depuis 250 av. J.-C., Djenné est l'une des villes les plus anciennes d'Afrique subsaharienne.

Ses sites archéologiques témoignent d'une civilisation préislamique disparue, tandis que le tissu ancien de la ville est particulièrement représentatif de l'architecture islamique dans la région. Sa mosquée exceptionnelle en est un exemple éloquent.

Influencée par l'architecture du Maroc de la fin du 16ème siècle, et marquée plus tard par l'avènement de l'Empire Toucouleur en 1862, l'architecture de Djenné se caractérise par sa verticalité et ses contreforts.

Mais selon l'UNESCO, les sites archéologiques connaissent toutefois des menaces très sérieuses liées aux intempéries et à l'urbanisation anarchique, tandis que l'architecture de terre de Djenné subi depuis des décennies des modifications esthétiques, en raison notamment de l'introduction de matériaux modernes comme le ciment, ou des portes et fenêtres métalliques, et de la disparition des éléments décoratifs des façades.

(Mise en perspective : Isabelle Dupuis)

 

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...