Les réfugiés syriens au Proche-Orient s'enfoncent dans la pauvreté, selon un rapport du HCR

Écouter /

Des enfants jouent dans un camp de réfugiés syriens dans la vallée de la Bekaa, au Liban. Photo UNICEF/Alessio Romenzi

Un nouveau rapport publié mardi par le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) et ses partenaires indique que le nombre de réfugiés syriens vivant dans la pauvreté continue d’augmenter dans les pays d’accueil de la région et que l’accès aux services de base demeure un problème majeur.

Intitulé ‘Plan régional de gestion de la situation des réfugiés et de renforcement de la résilience’, ce rapport semestriel pour 2016, réalisé par le HCR et plus de 200 partenaires internationaux et nationaux, examine les progrès réalisés cette année pour aider les réfugiés et les communautés d’accueil en Turquie, en Jordanie, en Iraq, au Liban et en Egypte.

« Alors que le conflit en Syrie est entré dans sa sixième année, les gouvernements et les communautés d’accueil continuent d’assumer un lourd fardeau économique, politique, social et sécuritaire », a déclaré le HCR dans un communiqué de presse annonçant les conclusions du rapport. L’agence a ajouté que les institutions publiques subissent une « très forte pression » pour fournir des services de base à un nombre croissant de personnes vulnérables.

Le rapport note que le HCR et ses partenaires, avec le soutien des bailleurs de fonds, ont fourni jusqu’à présent en 2016 un soutien financier à plus 100.000 ménages, de la nourriture à plus de 2 millions de personnes, des soins de santé à plus d’un million de personnes et une aide au logement à plus de 25.000 ménages.

Le rapport note également que des mesures ont été prises par certains pays d’accueil, y compris la Jordanie et la Turquie, afin d’octroyer aux réfugiés syriens le droit de travailler.

Malgré ces progrès, le rapport met en garde contre l’accroissement de la pauvreté et l’endettement de la population syrienne réfugiée, notamment au Liban, où 70% des réfugiés vivent en dessous du seuil de pauvreté (par rapport à 50% en 2014), et en Jordanie, où 90% des réfugiés enregistrés dans les zones urbaines vivent en dessous du seuil national de pauvreté.

Le rapport indique que davantage de financement de la part des bailleurs de fonds pour supporter la réponse du HCR et de ses partenaires dans la région permettrait de mieux gérer cette situation. Il note ainsi qu’au 31 mai, seuls 30% des 4,55 milliards de dollars demandés par les agences de l’ONU, les organisations intergouvernementales et les ONG dans le cadre de cette réponse pour l’année 2016 ont été reçus.

« Le HCR et ses partenaires appellent à davantage de financement et un déboursement plus rapide des fonds promis », a déclaré l’agence.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...