Indonésie : l'ONU demande de rétablir le moratoire sur la peine de mort

Écouter /

Le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH), Zeid Ra’ad Al Hussein, a tiré mercredi la sonnette d’alarme face au nombre croissant d’exécutions en Indonésie et a appelé les autorités à rétablir immédiatement le moratoire sur la peine de mort.

« L’utilisation croissante de la peine de mort en Indonésie est terriblement inquiétante, et je demande au gouvernement de mettre fin immédiatement à cette pratique qui est injuste et incompatible avec les droits humains », a déclaré M. Zeid dans un communiqué de presse, après avoir appris que près de 14 personnes sont confrontées à une exécution imminente.

Selon le Haut-Commissaire, les exécutions, dont la plupart sont liées à des infractions concernant la drogue, auront lieu cette semaine dans une prison de haute sécurité sur l’île de Nusa Kambangan, dans le centre de Java.

M. Zeid a également indiqué que depuis que l’Indonésie a suspendu un moratoire de facto de quatre ans sur la peine de mort, en mars 2013, le pays a exécuté 19 personnes, « ce qui en fait le bourreau le plus prolifique en Asie du Sud-Est », ajoutant que plusieurs des personnes condamnées à mort en Indonésie depuis 2013 ont été exécutées pour des infractions liées à la drogue.

Le Haut-Commissaire a souligné qu’en vertu du droit international, la peine de mort ne peut être utilisée que pour les «crimes les plus graves ».

« Les infractions liées à la drogue n’entrent pas dans la catégorie de ‘crimes les plus graves’. Par ailleurs, le cas doit répondre aux normes d’équité en matière de procès, notamment une transparence totale tout au long de la procédure », a précisé M. Zeid.

Reconnaissant les difficultés rencontrées par le gouvernement indonésien dans la lutte contre les crimes liés à la drogue, M. Zeid a souligné que la réponse du pays doit s’inscrire dans le droit international des droits humains.

« La peine de mort n’est pas un moyen de dissuasion efficace par rapport à d’autres formes de châtiment et ne protège pas les gens contre l’abus de drogues. L’objectif de la prévention de la criminalité liée à la drogue devrait impliquer le renforcement du système judiciaire avec pour objectif de le rendre plus efficace », a-t-il dit.

Le Haut-Commissaire a demandé au gouvernement indonésien d’instituer un moratoire sur l’utilisation de la peine de mort et de travailler avec le HCDH et d’autres partenaires sur les stratégies alternatives pour lutter contre tous les crimes.

 

 

(Mise en perspective :  Cristina Silveiro)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
19/10/2017
Loading the player ...