Conseil des droits de l'homme : l'ONU crée un poste d'enquêteur indépendant pour les LGBT

Écouter /

Le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a voté,  jeudi à Genève, la création d'un poste d'un Expert indépendant pour renforcer la protection des personnes homosexuelles et transgenres contre les violences et la discrimination dont elles sont victimes dans le monde. Après un débat animé de près de quatre heures, les 47 membres du Conseil ont adopté la résolution par 23 voix pour, 18 contre et six abstentions. L'enquêteur des Nations Unies, qui reste à désigner, aura un mandat de trois ans. La France fait partie des pays qui ont voté en faveur du texte. Paris s'est ainsi prononcé contre le relativisme culturel avancé par certaines délégations, non sans rappeler l'universalité de tous les droits humains.

Pour la France, les droits de l'homme doivent être respectés partout dans le monde et ces droits sont des principes inscrits au cœur du droit international. Une façon pour Paris d'insister sur l'universalité de tous les droits de l'homme et le rejet de tous ces ajouts apportés au texte (par amendements), introduisant par exemple le relativisme culturel.

Pour de nombreux observateurs presents jeudi dans la Salle des civilisations du Conseil des droits de l'homme, ce vote est « historique ». « Il est historique parce que c'est la première fois au sein des Nations Unies qu'un mandat d'Expert indépendant est créé pour travailler sur les discriminations et les violences à l'encontre des LGBT partout dans le monde », fait d'ailleurs remarquer le responsable du pôle droits de l'homme à la représentation permanente de la France auprès des Nations Unies à Genève. Selon Jean-Noël Ladois, c'est une première et la création de ce mandat permettra d'améliorer la situation des homosexuels dans le monde.

En clair, l'expert indépendant aura pour mandat de sensibiliser le public à la violence et à la discrimination envers des personnes en raison de leur orientation sexuelle ou de leur identité de genre, de recenser les causes profondes de la violence et de la discrimination et de s'y attaquer.  Selon la résolution adoptée hier, l'expert onusien aura également pour mandat de remédier aux formes multiples et aggravées de violence et de discrimination dont sont victimes des personnes en raison de leur orientation sexuelle et de leur identité de genre.

(Extrait sonore : Jean-Noël Ladois, conseiller, responsable de pôle droits de l'homme de la représentation permanente de la France auprès des Nations Unies à Genève ; propos recueillis par Alpha Diallo)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
11/12/2017
Loading the player ...