Burundi : le Conseil de sécurité autorise le déploiement de 228 policiers des Nations Unies

Écouter /

Plus de 250.000 Burundais ont fui leur pays depuis avril 2015 vers les pays voisins. Ci-dessus, le camp de réfugiés de Nduta est situé dans le nord-ouest de la Tanzanie. Photo HCR/Benjamin Loyseau

Le Conseil de sécurité a autorisé, vendredi, le déploiement au Burundi, d’une composante de 228 policiers de l'ONU, chargés de surveiller la situation en matière de sécurité, et d'appuyer la collecte d’informations sur les violations des droits de l’homme.

Cette composante policière sera déployée pour une période initiale d’un an.

En adoptant la résolution 2303 le Conseil demande aussi instamment au gouvernement burundais de permettre sans plus tarder la poursuite du déploiement intégral de 100 observateurs des droits de l’homme de l’Union africaine et de 100 experts militaires de l’Union africaine.

Par ce texte, les Quinze exhortent aussi le gouvernement burundais et toutes les parties attachées à une solution pacifique à prendre part sans délai et de manière active et constructive au dialogue politique mené sous l’égide de la Communauté d’Afrique de l’Est.

Le Conseil de sécurité exhorte le gouvernement à honorer d’urgence les autres engagements qu’il a annoncés le 23 février 2016, à autoriser tous les médias à reprendre leurs activités et à libérer tous les détenus politiques.

Dans sa résolution, le Conseil de sécurité déclare en outre son intention de prendre des mesures ciblées à l’encontre de tous les acteurs, se trouvant au Burundi ou à l’étranger, qui menacent la paix et la sécurité de ce pays.

La résolution 2303 a été adoptée par 11 voix, l'Angola, la Chine, l'Egypte et le Venezuela s'étant abstenu de voter.

(Mise en perspective : Isabelle Dupuis)

 

 

Classé sous Conseil de sécurité, L'info.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...