Alep : il faut que les corridors humanitaires proposés soient garantis par toutes les parties, selon l’ONU

Écouter /

Le Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires, Stephen O'Brien. Photo ONU/Rick Bajornas

Le Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires a indiqué jeudi que les corridors humanitaires proposés par la Russie à Alep, en Syrie, doivent être garantis par toutes les parties impliquées dans le conflit.

Gravement préoccupé par la situation des personnes piégées dans l’est d’Alep, Stephen O´Brien a exigé un accès sûr, régulier et durable au quart de million de personnes qui se trouvent derrière les lignes de front.

Selon lui, toutes les options doivent être envisagées, et pour ce qui est des mesures proposées jeudi par la Russie, il a jugé indispensable « que la sécurité de ces couloirs humanitaires soit garantie par toutes les parties et que les gens soient en mesure de les utiliser volontairement ».

Dans une déclaration, Stephen O’Brien est aussi revenu sur la proposition de l’ONU d'imposer des trêves humanitaires de 48 heures pour permettre des opérations transfrontalières ou à travers les lignes de front est.

Il a aussi souligné qu'en vertu d’un droit international humanitaire, toutes les parties doivent autoriser un accès humanitaire sûr, sans entrave, impartial et immédiat, et permettre aux civils de partir.

(Mise en perspective : Isabelle Dupuis)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...