56 millions de personnes victimes de la faim en raison des conflits

Écouter /

La carcasse d’une vache tuée lors d’accrochages à Marial-bek au Soudan du sud (2015). Photo: ONU/JC McIlwaine

Le Programme alimentaire mondial et l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture ont publié, ce vendredi, à l'intention du Conseil de sécurité un rapport qui avertit que les conflits prolongés ont plongé près de 56 millions de personnes dans une insécurité alimentaire aiguë.

Le PAM et la FAO soulignent aussi que les conflits entravent les efforts déployés à l'échelle mondiale pour éradiquer la malnutrition. Pour les deux agences, répondre au problème de la faim pourrait contribuer de manière notable à la consolidation de la paix.

Outre les problèmes liés à l'acheminement de l'aide humanitaire, les conflits peuvent détruire les récoltes et les infrastructures agricoles et d'élevage en plus de bouleverser les marchés.

En tête de liste de ce rapport, le Yémen, où le conflit a plongé 14 millions de personnes, soit plus de la moitié de la population, dans une insécurité alimentaire jugée urgente, tandis qu'au Soudan du sud, 40% de la population, soit près de 5 millions de personnes, ont besoin d'une aide alimentaire d'urgence. 8,7 millions de personnes se trouvent dans la même situation en Syrie, et 89% des réfugiés syriens qui vivent au Liban ont eux aussi besoin d'une aide d'urgence.

Des millions de personnes sont aussi plongés dans une grave insécurité alimentaire en République centrafricaine, en Colombie, au Burundi et en Haïti.

L'étude du PAM et de la FAO indique également que les pays post-conflit qui connaissent un grave niveau d'insécurité alimentaire ont 40% de plus de chance de replonger dans la violence dans un laps de dix ans si aucune solution n'est apportée au problème de la faim.

(Mise en perspective : Isabelle Dupuis)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...