Ukraine : l'ONU décline les trois scénarios possibles de la crise dans l'Est

Écouter /

Ivan Šimonovic, Sous-Secrétaire général aux droits de l'homme (photo: ONU/J. M. Ferré)

Selon le dernier bilan établi par le Haut-Commissariat aux droits de l'homme au 25 juin, le conflit dans l'Est de l'Ukraine a fait 9.449 morts et 21.843 blessés. Devant le Conseil des droits de l'homme, le Sous-Secrétaire général aux droits de l'homme a tout de même rappelé que depuis le cessez le feu du 1er septembre 2015, le nombre de victimes civiles a nettement diminué mais des motifs de préoccupation subsistent. Le Haut-Commissariat aux droits de l'homme a enregistré 67 victimes civiles depuis le 15 mai et a constaté une nouvelle escalade ainsi que l'usage d'armes interdites par l'Accord de Minsk. Ivan Šimonovic revient sur les trois scénarios possibles de la crise ukrainienne.

 

« La situation en Ukraine est toujours volatile et pourrait déboucher sur trois scénarios possibles. Le conflit pourrait continuer de s'envenimer avec des conséquences extrêmement catastrophiques pour les civils, mais aussi avec des ramifications plus vastes pour l'ensemble de la région. On pourrait également se trouver face à un conflit gelé avec un environnement prolongé d'insécurité et d'instabilité ou passer à une phase de paix durable. Ce dernier scénario est bien entendu le seul favorable, mais comment y parvenir.  Lorsque je me suis entretenu avec les populations vivant dans les zones contrôlées par le Gouvernement ukrainien, je me suis rendu compte que Minsk n'est pas un Accord très populaire, mais qu'il offre les meilleures chances pour une paix durable. Il y a certainement une façon plus productive de mettre en œuvre l'ensemble des mesures prises à Minsk.

En conclusion, j'aimerai rappeler que de part et d'autre de la ligne de contact, les dirigeants vont enfin devoir entendre leurs populations. Populations que j'ai moi-même entendues dire clairement qu'elles souhaitaient la paix, les droits de l'homme et le respect de l'état de droit ».

Lors des débats, le Chef du Bureau du Haut-Commissariat des Nations-Unies aux droits de l'homme à New York a souligné que depuis mi-2014, plus de 865 personnes sont considérées comme portées disparues dans la région de Donetsk contrôlée par le gouvernement et 496 dans celle contrôlée par les groupes armés. Des centaines de personnes sont portées disparues dans la région de Lougansk.

Au sujet de la Crimée, contrôlée par la Fédération de Russie depuis deux ans, la situation des droits de l'homme s'est fortement détériorée depuis cette date. Le Haut-Commissaire adjoint a déploré les lois anti-extrémistes et antiterroristes qui ont été utilisées pour criminaliser les activités non violentes et les dissidents.

Par ailleurs, le Haut-Commissariat a indiqué disposer d'informations crédibles faisant état de privation illégale de liberté par les groupes armés et de cas de tortures et mauvais traitement par les services de sécurité ukrainiens, en particulier dans les zones de conflit.

Au titre de pays concerné, le Représentant de l'Ukraine a rappelé la position ferme de son pays : toutes les violations des droits de l'homme doivent être punies, quels que soient leurs auteurs. Selon Yurii Klymenko, les rapports de possibles abus commis par les forces armées ukrainiennes sont d'ailleurs scrupuleusement examinés. Il a ensuite exhorté la Russie à cesser ses actes d'agression, à retirer les forces armées russes du territoire ukrainien, à arrêter d'armer les groupes illégaux et à s'abstenir de tout acte visant à légitimer l'annexion illégale de la péninsule de Crimée.

De son côté, la Fédération de Russie aussi s'est préoccupée des nombreuses violations commises par les autorités ukrainiennes et leurs forces de sécurité. Dmitriy Vorobyev ainsi parlé de prisons secrètes où les personnes sont soumises à la torture, déplorant qu'aucune enquête ne soit menée y compris pour les évènements de Maïdan qui se sont déroulées il y a deux ans.

(Extrait sonore : Ivan Šimonovic, Sous-Secrétaire général aux droits de l'homme et Chef du Bureau du Haut-Commissariat des Nations-Unies aux droits de l'homme à New York)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...