Syrie : progrès dans l'acheminement de l'aide humanitaire alors que Al-Waer attend ses vivres

Écouter /

Le 9 juin 2016, le PAM et ses partenaires ont livré de la nourriture pour 2.400 femmes, enfants et hommes dans la ville assiégée de Darayya. Photo PAM/H. AlSaleh

Les Nations Unies espèrent fournir dans les prochains jours de l'aide humanitaire à Erbine et Zamalka, villes assiégées par le régime dans la région de la Ghouta orientale, à l'est de Damas. En attendant, l'ONU fait état des progrès significatifs après l'acheminement de vivres récemment aux populations longtemps assiégées de Daraya et Douma.

 

Le Conseiller spécial du Médiateur des Nations Unies pour la Syrie note des progrès sur l'acheminement de l'aide humanitaire en Syrie, avec notamment cette bouffée d'oxygène pour les populations de Daraya et Douma. Ces villes qui étaient respectivement assiégées depuis 2012 et 2014 ont maintenant reçu de l'aide. Lors d'un point de presse ce jeudi à Genève, Jan Egeland a indiqué que « plusieurs pays dont la Russie » estiment qu'une « barrière psychologique a été franchie » avec la possibilité pour les humanitaires d'aller désormais dans les villes assiégées comme Daraya et Douma.

En outre, des convois sont attendus aujourd'hui dans le Nord d'Alep à Afrin où vivent près de 50.000 personnes. Les 25.000 habitants de Kafr Batna dans la banlieue de Damas devraient eux aussi recevoir incessamment de l'aide. Et Jan Egeland souligne même que les organisations humanitaires sont prêtes à acheminer de l'aide à Al-Waer, alors que les humanitaires s'inquiètent de plus en plus sur le sort des habitants assiégés de la banlieue de Homs.

De façon générale, les Nations Unies espèrent atteindre dans les prochains jours les deux dernières zones où le blocus persiste encore à savoir Erbine et Zamalka dans le Damas rural.

Au sujet de la trêve d'Alep, Jan Egeland parle d'une «  importante mesure de confiance» et il espère vraiment « que c'est une étape charnière pour l'accès des organisations humanitaires aux zones assiégées et difficiles d'accès », non sans avertir que « tout est fragile » dans un pays en guerre comme la Syrie.

(Correspondance d'Alpha Diallo à Genève, pour la Radio des Nations Unies)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
19/10/2017
Loading the player ...