Syrie : l'ONU va mettre en place un pont aérien pour Qamichli

Écouter /

Le Programme alimentaire mondial (PAM) va dans les jours à venir mettre en place un pont aérien entre Damas et Qamichli, une ville du nord-est de la Syrie actuellement inaccessible par la route et dont la population a désespérément besoin d’aide. Objectif pour les humanitaires, fournir des vivres à 150.000 personnes. En attendant, l'ONU et ses partenaires poursuivent leurs opérations dans les zones difficiles d'accès et villes assiégées de Syrie dans le Damas rural et dans la province d'Alep.

Les derniers défis humanitaires relevés par l'ONU et ses partenaires ont été la livraison d'aide hier jeudi pour 62.500 personnes vivant dans le Damas rural et dans la province d'Alep. C'est d'abord à Jerud où des équipes ont pu fournir des vivres, des aliments nutritionnels et du matériel médical pour 40.000 personnes de cette localité de la périphérie rurale de la capitale syrienne. Autre bouffée d'oxygène, l'aide non alimentaire apportée aux 22.500 personnes de Sheikh Maksoud, dans la province d'Alep. Cette aide soulagera ces personnes vulnérables pour un mois.

Sur un autre plan, le Programme alimentaire mondial (PAM) a confirmé mettre en place dans les prochains jours un pont aérien à Qamichli, une ville du nord-est située près de la frontière avec la Turquie et qui n’a pas pu être atteinte par voie terrestre à partir du reste du territoire syrien depuis le début de 2014. Lors d'un point de presse ce vendredi à Genève, la porte-parole du PAM a rappelé que pour ces opérations prévues, 70% de l'aide seront des produits alimentaires et les 30% seront des articles non alimentaires. L’objectif, le premier mois, est de nourrir 150.000 personnes, a ajouté Bettina Luescher. Cette ville fait partie du gouvernorat d’Hasakeh qui n’est en effet accessible par la route à partir du reste du territoire syrien qu’en passant par les gouvernorats de Raqqa et de Deir Ez-Zor, dominés par le groupe Etat islamique.

L’ONU avait déjà mis en place un pont aérien vers Qamichli en 2014 et y avait aussi envoyé de l’aide par voie terrestre via la frontière turco-syrienne, avant que son principal point de passage ne soit fermé au début de l’année.

Par ailleurs, les Nations Unies ont déjà soumis aux autorités syriennes des demandes d’autorisation pour l'acheminement de l'aide au mois de juillet. Si ces autorisations reçoivent le feu vert de Damas, les convois des organismes humanitaires visent à atteindre 1.220.750 personnes dans 35 zones prioritaires ou difficiles d’accès, dont des localités assiégées par les belligérants.

(Interview : Jens Laerke, porte-parole du Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies ; propos recueillis par Alpha Diallo)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
18/10/2017
Loading the player ...