Syrie : Daech accusé de génocide anti-Yézidis par des enquêteurs de l'ONU

Écouter /

Vivit Muntarbhorn, Membre de la Commission d'enquête de l'ONU sur la Syrie interrogé par Alpha Diallo de la Radio de l’ONU à Genève (Photo: ONU/J. M. Ferré)

L'Etat islamique (EI) a perpétré un génocide et de nombreux crimes de guerre et contre l'humanité contre les Yézidis, une minorité kurdophone présente en Iraq et en Syrie. La Commission d'enquête de l'ONU sur la Syrie demande donc à l'ONU de saisir la Cour pénale internationale (CPI). Car ce rapport publié ce jeudi à Genève évoque « des horreurs presque inimaginables » contre cette minorité religieuse. En Syrie par exemple, « des milliers de femmes et filles sont toujours prisonnières et victimes d'abus » ou sont souvent soumises à l'esclavage.

 

Le groupe Etat islamique continue à commettre un « génocide » contre les Yézidis en Iraq et en Syrie. Une politique qui ne surprend pas la Commission d'enquête de l'ONU sur la Syrie qui rappelle que Daech n'a jamais fait mystère de son « intention de détruire les Yézidis début 2014 dans la province de Sinjar, en Iraq ». Selon les enquêteurs de l'ONU, cette volonté de génocide contre les Yézidis se manifeste de multiples façons, notamment des meurtres, de l'esclavage sexuel, une réduction en esclavage, de la torture et un traitement inhumain et dégradant.

Ces graves abus se traduisent par d'autres formes de violence comme cette fille de 9 ans qui a été vendue aux enchères. Les enquêteurs de l'ONU rappellent le sort de cette femme et son enfant battus puis affamés dans une salle fermée. Des enfants ont aussi été coupés de leurs pratiques religieuses et de leur identité en étant associés de force aux combattants de l'EI.  « Les survivants qui se sont échappés de leur captivité en Syrie décrivent comment ils ont enduré des viols brutaux, souvent de façon quotidienne, et ont été punis s'ils essayaient de s'échapper », a expliqué l'un des membres de la Commission, Vivit Muntarbhorn.

Face à la gravité des crimes commis, la Commission d'enquête a appelé le Conseil de sécurité des Nations unies à saisir la Cour pénale internationale. Parmi ses recommandations sur les mesures à prendre pour protéger cette minorité, les enquêteurs de l'ONU demande ensuite au Conseil de sécurité d'activer le Chapitre VII de la Charte de l'ONU qui permet des sanctions ou le recours à la force.

Selon la Commission d'enquête de l'ONU sur la Syrie environ 3.200 Yézidis sont dans les mains de l'EI, la majorité en Syrie. Les femmes sont entretenues comme esclaves sexuelles, tandis que les garçons sont endoctrinés et utilisés dans les combats.

(Interview : Vivit Muntarbhorn, Membre de la Commission d'enquête de l'ONU sur la Syrie ; propos recueillis par Alpha Diallo)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...