RCA : l'ONU condamne les attaques répétées contre les humanitaires

Écouter /

Des enfants en Centrafrique – photo: facebook/enfants et conflits armés

Les Nations Unies, par la voix de leur Coordonnateur humanitaire par intérim en République centrafricaine (RCA), le Docteur Michel Yao, ont condamné lundi la récente attaque contre des véhicules de Médecins sans frontières (MSF). Lors de cette attaque menée le 17 juin contre des véhicules bien identifiés de MSF par des hommes armés, entre Sibut et Grimari, dans la préfecture de Kemo, le chef du convoi a été tué alors que le reste du personnel de l'ONG humanitaire a réussi à fuir dans la brousse. Les véhicules transportaient des médicaments et du carburant de Bangui à Bangassou.

Déjà le 18 mai dernier, une autre attaque perpétrée près de Bossangoa s'était soldée par la mort d'un chauffeur employé par MSF.

Dans un communiqué de presse, le Coordonnateur humanitaire par intérim des Nations Unies, a tenu à exprimer ses sincères condoléances aux familles et aux amis du défunt.

Michel Yao fait valoir que ces actes horribles montrent encore une fois le niveau élevé d’insécurité sur les routes de la RCA qui rend le travail humanitaire – vital pour le peuple de la République centrafricaine – extrêmement précaire. Le Coordonnateur condamne fermement ces attaques récurrentes et rappelle à toutes les parties que la violence contre les travailleurs humanitaires et les biens humanitaires est une violation du droit international humanitaire et qu'elle doit cesser. « Ces attaques contre les travailleurs humanitaires doivent être examinées et les auteurs tenus responsables, » a-t-il déclaré.

Les Nations Unies soulignent que les travailleurs humanitaires sont là pour fournir une assistance, pour sauver des vies et alléger les souffrances des personnes touchées par la crise. Les opérations qu'ils mènent sont guidées par les principes d’humanité, de neutralité, d’indépendance et d’impartialité. « Ces tristes événements prouvent une fois de plus la nécessité urgente d’assurer la protection des civils et de respecter et de protéger les travailleurs humanitaires, en conformité avec le droit international humanitaire. Les attaques répétées contre les acteurs humanitaires entravent la livraison de l’aide et empêchent les gens dans le besoin de recevoir une assistance pour sauver des vies, » déclare Michel Yao dans ce même communiqué.

Le Coordonnateur humanitaire par intérim souligne enfin que la communauté humanitaire en République centrafricaine, qu'il représente, reste pleinement engagée à fournir une aide vitale à tous ceux qui en ont besoin.

(Interview : Docteur Michel Yao, Coordonnateur humanitaire par intérim des Nations Unies en République centrafricaine; propos recueillis par Jérôme Longué)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
14/12/2017
Loading the player ...