Nord-Kivu: la MONUSCO veut réorganiser ses troupes

Écouter /

David Gressly pose avec les maires de la ville de Butembo, le commandant de la Force de la MONUSCO et autres responsables. Radio Okapi/Ph. Papy-Martial Mukeba

La Mission des Nations Unies en RDC (MONUSCO) veut réorganiser ses troupes pour faire face aux menaces des groupes armés notamment les Forces démocratiques armées ougandaises (ADF) et les Forces de libération du Rwanda (FDLR) dans les territoires de Beni, Butembo et Lubero (Nord-Kivu).

Le Représentant spécial adjoint du Secrétaire général de l'ONU en République démocratique du Congo (RDC), David Gressly, l'a annoncé en cette fin du mois de juin au terme d'une mission d'évaluation sécuritaire dans ces territoires du Nord-Kivu, en proie à l'activisme des hommes armés.

« L'objectif, c'était de voir comment on peut renforcer notre présence pour faire face aux menaces posées par des groupes armés dans la région. Notre commandant de la force est en train de voir et de réorganiser notre disposition sur le terrain pour avoir une meilleure capacité de faire face à ces menaces», a-t-il souligné.

Par ailleurs, David Gressly s'est réjoui de la reprise de coopération entre les FARDC et la mission onusienne.

Le Représentant spécial-adjoint du secrétaire général de l'ONU en RDC a exprimé la volonté de la MONUSCO d'examiner ses tactiques pour appuyer les Forces armées de la RDC (FARDC).

Il affirme être persuadé que la reprise de coopération entre l'armée nationale et la MONUSCO va produire des résultats sur terrain.

Accompagné du commandant de la Force de la MONUSCO, David Gressly a rencontré les autorités locales et la société civile de Beni, Butembo et Lubero qui ont demandé plus d'actions des casques bleus pour la neutralisation des groupes armés.

« On comprend que depuis deux ans maintenant la population d'Eringeti a dû subir beaucoup de problèmes avec des massacres qui se sont passés là-bas. Donc, c'est normal pour la population de demander une action », a fait savoir David Gressly.

En mai dernier, les coordinations des sociétés civiles du Nord-Kivu avaient décrété trois journées ville morte dans les territoires de Beni, Butembo et Lubero pour honorer la mémoire des personnes massacrées depuis deux ans dans cette partie de l'Est de la RDC.

(Extrait sonore: David Gressly, Représentant spécial adjoint du Secrétaire général de l'ONU en RDC ; propos recueillis par Radio Okapi)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
08/12/2017
Loading the player ...