Malgré ses revers militaires et financiers, Daech représente toujours une menace élevée, selon l’ONU

Écouter /

Le Secrétaire général adjoint aux affaires politiques, Jeffrey Feltman, s'adresse au Conseil de sécurité. Photo ONU/Eskinder Debebe

Le Secrétaire général adjoint de l'ONU aux affaires politiques a affirmé mercredi devant le Conseil de sécurité que l’affaiblissement de Daech au cours des derniers mois n’était pas encore irréversible.

Jeffrey Feltman a expliqué que suite aux revers militaires essuyés par le groupe en Iraq et en Syrie, Daech était entré dans une nouvelle phase, marquée par la promotion des groupes qui lui sont affiliés, des tentatives de transfert de fonds hors des zones de conflit et un risque accru d’attaques internationales.

Il a signalé que pour la première fois depuis la proclamation du « califat » en juin 2014, le noyau de Daech connaît des difficultés financières.

Selon Jeffrey Feltman, Daech chercherait à compenser la perte de revenus tirés de la production et du raffinage de pétrole par une intensification des mesures d’imposition et d’extorsion, et le trafic d’antiquités, qui se déroulerait maintenant au Yémen et en Libye, demeurerait aussi une source de revenus. .

Le Secrétaire général adjoint a fait observer que Daech avait réussi à enregistrer des gains en Libye dans un temps limité, et que malgré les difficultés pour les consolider le groupe a pris conscience du fait que s’implanter en Libye lui permettrait de créer une plaque tournante qui l’aiderait à se développer dans l’ensemble du Maghreb et du Sahel, et au-delà.

En outre ,en Afghanistan, Daech a prouvé, malgré les revers militaires essuyés en 2015 et en 2016, qu’il était capable, en dépit d’une faible emprise territoriale, de mener des attaques dans les grandes villes situées au -delà des limites de son fief.

(Mise en perspective : Isabelle Dupuis)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...