L'UE compte miser sur les investissements privés pour gérer la migration

Écouter /

La Haute Représentante de l'Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, a indiqué, lundi, devant le Conseil de sécurité, que dans le cadre de son nouveau partenariat sur la migration, l'UE compte miser sur les investissements privés pour gérer le phénomène de la migration.
Federica Mogherini a indiqué qu'elle présentera demain à Strasbourg un nouveau partenariat pour la migration entre l'UE et l'Afrique dont un des éléments clefs, en raison de l'insuffisance des fonds sera d'attirer des investissements privés pour des projets clefs.
« L'Afrique, notamment, a un potentiel de croissance important et nous devons parvenir à mobiliser le secteur privé. Nous devons aussi offrir des opportunités : le meilleur moyen de démanteler le commerce illicite est d'établir des voies légales pour la mobilité humaine », a notamment affirmé la Haute Représentante.
Cette dernière s'est par ailleurs inquiété des « conséquences humanitaires dramatiques » que pourrait avoir la fermeture du camp de Dadaab au Kenya et que l'UE compte renforcer ses fonds d'affectation qui permettent déjà de fournir des soins médicaux et des vivres aux populations dans le besoin et de créer des emplois pour les réfugiés et les communautés d'accueil.
Dans son discours, Federica Mogherini a aussi fait le tour des situations de crise dans le monde, estimant notamment que les nouvelles menaces sécuritaires au Moyen-Orient devraient pousser tout un chacun à renouveler leurs efforts pour mettre un terme au conflit israélo-palestinien.
« Si des négociations significatives entre les parties ne reprennent pas, c'est une nouvelle guerre ouverte qui verra le jour », a-t-elle notamment averti.
Federica Mogherini, Haute Représentante de l'Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, lors de son intervention au Conseil de sécurité. Photo: ONU/Loey Felipe

La Haute Représentante de l'Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, a indiqué, lundi, devant le Conseil de sécurité, que dans le cadre de son nouveau partenariat sur la migration, l'UE compte miser sur les investissements privés pour gérer le phénomène de la migration.

Federica Mogherini a indiqué qu'elle présentera demain à Strasbourg un nouveau partenariat pour la migration entre l'UE et l'Afrique dont un des éléments clefs, en raison de l'insuffisance des fonds sera d'attirer des investissements privés pour des projets clefs.

« L'Afrique, notamment, a un potentiel de croissance important et nous devons parvenir à mobiliser le secteur privé. Nous devons aussi offrir des opportunités : le meilleur moyen de démanteler le commerce illicite est d'établir des voies légales pour la mobilité humaine », a notamment affirmé la Haute Représentante.

Cette dernière s'est par ailleurs inquiété des « conséquences humanitaires dramatiques » que pourrait avoir la fermeture du camp de Dadaab au Kenya et que l'UE compte renforcer ses fonds d'affectation qui permettent déjà de fournir des soins médicaux et des vivres aux populations dans le besoin et de créer des emplois pour les réfugiés et les communautés d'accueil.

Dans son discours, Federica Mogherini a aussi fait le tour des situations de crise dans le monde, estimant notamment que les nouvelles menaces sécuritaires au Moyen-Orient devraient pousser tout un chacun à renouveler leurs efforts pour mettre un terme au conflit israélo-palestinien.

« Si des négociations significatives entre les parties ne reprennent pas, c'est une nouvelle guerre ouverte qui verra le jour », a-t-elle notamment averti.

(Extrait sonore : Federica Mogherini, Haute Représentante de l'Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
19/10/2017
Loading the player ...