L'ONU inquiète de l'intensification de l'islamophobie et de l'homophobie suite au massacre d'Orlando

Écouter /

Le Conseiller spécial sur la prévention du génocide, Adama Dieng. Photo ONU/Amanda Voisard

Le Conseiller spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour la prévention du génocide, Adama Dieng, s’est dit vendredi préoccupé par l’intensification de l’islamophobie et de l’homophobie qui a suivi le massacre commis le 12 juin dans une boîte de nuit gay à Orlando, aux Etats-Unis, dans lequel 49 personnes ont été tuées et 53 autres blessées.

M. Dieng a exprimé ses plus sincères condoléances aux victimes de cette attaque qui a visé la communauté LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres).

Le Conseiller spécial a noté que des messages au vitriol ont visé les musulmans, les immigrés et la communauté LGBT. « À un moment où il y a vraiment besoin de sympathie et de solidarité, j’ai été effaré par les efforts immédiats et honteux de certains dirigeants politiques et religieux pour manipuler et politiser les événements à Orlando afin d’alimenter la peur, l’intolérance et la haine », a-t-il ajouté dans un communiqué de presse.

« J’ai été particulièrement révolté d’entendre des chefs religieux se féliciter des meurtres de membres de la communauté LGBT », a dit M. Dieng en référence aux déclarations faites par des chefs religieux, notamment l’un d’entre eux qui a qualifié les personnes tuées à Orlando de ‘pervers dégoûtants et de pédophiles’ et qui a appelé les gouvernements à travers le monde ‘à exécuter les personnes LGBT’.

« Les minorités religieuses et sexuelles sont victimes de discriminations, de violations des droits de l’homme et de violence à travers le monde, y compris dans les sociétés pacifiques et démocratiques », a ajouté M. Dieng. « Il est absolument inacceptable que des dirigeants influents, y compris des dirigeants politiques et religieux, diffusent ce genre de messages homophobes et islamophobes dangereux comme ceux que nous avons vus cette semaine ».

Le Conseiller spécial a souligné que la diffusion délibérée de fausses informations et la manipulation des craintes et des inquiétudes des gens pour un bénéfice politique ne peuvent que contribuer à la division et à la haine.

Il a rappelé aux dirigeants politiques et religieux que tout appel à la haine nationale, raciale ou religieuse qui constitue une incitation à la discrimination, à l’hostilité ou à la violence est interdit par la loi internationale des droits de l’homme ainsi que par les législations de nombreux pays.

M. Dieng a réitéré son appel aux dirigeants politiques et religieux à lutter contre les mensonges, les préjugés et les craintes, et à agir de façon responsable dans le cadre des lois nationales et internationales.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
12/12/2017
Loading the player ...