L'Italie est élue au Conseil de sécurité, mais compte laisser sa place aux Pays-Bas après un an

Écouter /

Les représentants des Pays-Bas (à g.) et de l’Italie (à d.) après le vote de l’Assemblée générale. Photo: ONU/Manuel Elias

L'Assemblée générale a élu, jeudi, l'Italie, au Conseil de sécurité pour un mandat de deux ans à compter du 1er janvier 2017, étant entendu qu'au bout d'un an, ce pays laissera sa place au Pays-Bas, autre candidat du Groupe des États d'Europe occidentale et autres États

L'Assemblée générale complète ainsi l'élection de cinq membres non-permanents du Conseil de sécurité qui avait été entamé mardi.

Mardi dernier, l'Assemblée générale avait entamé le processus annuel d'élection de cinq membres non permanents du Conseil pour la période allant du 1er janvier 2017 au 31 décembre 2018. Etaient à pouvoir un siège chacun pour les groupes d'Afrique et d'Asie-Pacifique, et d'Amérique latine et les Caraïbes et deux pour l'Europe occidentale et autres États.

Après avoir élu rapidement la Bolivie, l'Éthiopie et la Suède, puis le Kazakhstan, lors des deux premiers tours de scrutin, l'Assemblée générale n'était pas parvenue à départager les deux candidats au second siège réservé à l'Europe occidentale. Après cinq tours de scrutin extrêmement serrés, les Ministres italien et néerlandais des affaires étrangères avaient proposé à l'Assemblée générale de se partager le siège disputé : l'Italie l'occuperait en 2017 et les Pays-Bas, en 2018. Le Groupe des États d'Europe occidentale et autres États a fait sienne cette proposition à l'issue d'une réunion tenue mercredi.

Jeudi, lors de l'unique tour de scrutin, l'Italie a été élue avec 179 voix, la majorité requise des deux tiers des 184 États présents et votant étant de 123 voix.

Techniquement, l'Italie a été élue aujourd'hui selon la procédure normale pour un mandat normal de deux ans, jusqu'au 31 décembre 2018. Mais, comme l'a rappelé le représentant de l'Italie, il est entendu que son pays quittera son siège au Conseil le 31 décembre 2017.

Conformément à son règlement intérieur, l'Assemblée générale devra organiser une élection séparée avant cette date. Les Pays-Bas devront alors obtenir la majorité des deux-tiers des États présents et votants lors du scrutin pour siéger au Conseil de sécurité.

C'est la première fois depuis l'élargissement du Conseil de sécurité de 11 à 15 membres en 1965, qu'un siège non permanent est ainsi « divisé » entre deux États candidats. Utilisée à plusieurs reprises entre 1955 et 1965, la pratique avait depuis été abandonnée.

La composition du Conseil de sécurité de sécurité durant l'année 2017 devrait donc être la suivante : Bolivie, Chine, Égypte, États-Unis, Éthiopie, Fédération de Russie, France, Italie, Japon, Kazakhstan, Royaume-Uni, Sénégal, Suède, Ukraine et Uruguay.

(Mise en perspective : Isabelle Dupuis)

 

Classé sous Conseil de sécurité, L'info.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
16/10/2017
Loading the player ...