Iraq : l'ONU préoccupée par le sort de 20.000 enfants bloqués à Fallouja

Écouter /

En plus de la situation des familles servant de boucliers humains à Daech, l'ONU est également préoccupée par le sort de 20.000 enfants bloqués à Fallouja. Photo: OCHA Iraq

Les Nations unies s'inquiètent du sort de centaines de familles iraquiennes qui pourraient servir de boucliers humains au groupe Etat islamique (EI) dans la ville de Fallouja. Une situation qui n'est pas étrangère à la volonté  depuis une semaine des forces gouvernementales de reconquérir cette ville du Centre de l'Iraq aux mains des djihadistes.  C'est dans ce climat d'incertitude que des responsables de l'ONU ont reçu « des informations crédibles selon lesquelles des familles pourraient servir de boucliers humains à Daech. Et l'UNICEF se préoccupe du sort des enfants.

 

Le Fonds de l'ONU pour l'enfance (Unicef) avance le chiffre d'au moins 20.000 enfants bloqués dans Fallouja. En plus de servir de bouclier comme ces centaines de familles, ces gamins risquent le recrutement forcé par les djihadistes qui contrôlent cette ville d'Iraq assiégée par les forces armées gouvernementales.

Dans un communiqué rendu public ce mercredi à Genève, l'agence onusienne s'inquiète du sort de ces enfants pris au piège dans cette ville du centre de l'Iraq. Selon le représentant de l'Unicef, ces enfants risquent « le recrutement forcé dans le combat et une séparation avec leur famille ». Peter Hawkins note que leur vie et leur avenir sont en danger. Des enfants qui courent désormais le risque de « porter les armes pour combattre dans une guerre d'adultes ». Dans ces conditions, l'Unicef a renouvelé ses appels à l'ouverture de passages sûrs pour permettre aux civils assiégés de sortir de la ville située dans la grande province d'Al-Anbar. L'ONU estime d'ailleurs à quelque 50.000 le nombre de civils assiégés à Fallouja.

Hier déjà, la Représentante adjointe de l'ONU dans ce pays s'était inquiété du sort de 300 à 400 familles iraquiennes qui pourraient servir de boucliers humains au groupe Etat islamique (EI). Lise Grande a souligné que des familles sont concentrées dans le centre de la ville par Daech et ne sont pas autorisées à quitter ces lieux de rassemblement à Fallouja.

(Correspondance d'Alpha Diallo à Genève pour la Radio des Nations Unies)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
17/10/2017
Loading the player ...