Haïti : le choléra demeure une menace selon un envoyé de l'ONU

Écouter /

Une femme avec son fils remplit un bidon à un point d'eau à Los Palmas, en Haïti. Photo Logan Abassi/ONU/MINUSTAH

Le Représentant spécial adjoint du Secrétaire général pour la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH), Mourad Wahba, de l'Égypte, occupe ce poste depuis mai 2015. Fort d'une une vaste expérience dans les domaines du développement, de l'élaboration des processus politiques, ainsi que de la gestion des programmes et opérations, Mourad Wahba a également été Coordonnateur résident des Nations Unies et Représentant résident du PNUD au Maroc, de 2006 à 2009, puis Directeur du Bureau de la sécurité au sein du Bureau de la gestion du PNUD, à New York, de 2009 à 2013.

Lors d'un entretien téléphonique récent, depuis la capitale haïtienne, Port-au-Prince, avec le Centre d'actualités de l'ONU, Mourad Wahba est revenu sur les efforts déployés ces dernières années par l'Organisation afin d'aider le gouvernement haïtien à lutter contre l'épidémie de choléra qui sévit dans le pays depuis 2010.

Si ces efforts ont permis une réduction de 90% du nombre de malades, Mourad Wahba a toutefois souligné que le choléra demeure une menace pour Haïti et a mis en garde contre le déficit de financement actuel de la réponse rapide de l'ONU pour éradiquer la maladie.

Selon Mourad Wahba, six ans après le début de l'épidémie, le choléra demeure une menace pour Haïti, mais une menace bien inférieure à celle qu'elle a été en 2010. Le nombre de cas déclarés en 2011, au temps fort de l'épidémie, était de 350.000. L'an dernier, en 2015, nous avions un peu moins de 36.000. Il y a par conséquent eu une basse de 90% du nombre de cas déclarés depuis 2011.

Néanmoins, 36.000 cas pour une seule année reste un chiffre assez important en soi. En 2016, entre le 1er janvier et le 28 mai, le Ministère de la santé publique et de la population en Haïti a rapporté 16,822 cas suspects de choléra. C'est la plus grande épidémie de choléra de l'hémisphère occidental.

S'agissant des décès liés à la maladie, 9.000 personnes sont mortes du choléra au total sur les six dernières années, un nombre qui est cette année, toujours pour la période allant du 1er janvier au 28 mai, de 168 morts. Il y a donc eu, là aussi, une réduction significative du nombre de décès liés choléra.

Mais parce que le choléra est dans une large mesure une maladie liée à la pauvreté, il reste un problème en Haïti, où il y a de la pauvreté. C'est un problème parce qu'il n'y a pas suffisamment d'eau courante et d'assainissement sur l'ensemble du territoire.

(Extrait sonore : Mourad Wahba, Représentant spécial adjoint du Secrétaire général pour la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH); propos recueillis par Fabrice Robinet)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...