Genève : des parlementaires du Moyen-Orient se penchent sur la gestion de la crise de l'eau

Écouter /

Un jeune garçon boit de l’eau desalinée dans la ville de Rafah. Photo: UNICEF/El Baba

Des parlementaires du Moyen-Orient, parmi lesquels des Israéliens et des Palestiniens, ont défini une première série de mesures historiques pour tenter de remédier à la question cruciale des ressources en eau dans la région. Dans le cadre d'une table ronde de trois jours qui s'est achevée aujourd'hui au Siège de l'Union interparlementaire (UIP) à Genève, les parlementaires se sont employés à trouver des solutions communes à un problème commun, celui de la crise de l'eau qui devrait sérieusement s'aggraver au Moyen-Orient dans les décennies à venir.

 

Les parlementaires ont formulé un certain nombre de propositions concrètes visant à garantir des ressources en eau suffisantes dans la région, à savoir notamment le recensement des lois existantes sur la gouvernance de l'eau afin d'identifier les lacunes et les mesures à prendre, l'élaboration de normes contraignantes sur l'utilisation de l'eau, la sensibilisation des peuples à une consommation responsable de cette ressource et l'amélioration des niveaux de traitement des eaux usées. Les participants à cette table ronde ont également souligné la nécessité de mettre en place un cadre juridique de transition sur la gouvernance de l'eau et de donner la priorité à l'accès à l'eau potable, une priorité consacrée également dans l'objectif 6 des Objectifs de développement durable.

A cet égard, la Présidente de ce Comité a plaidé pour un renforcement de la coopération régionale « en vue de remédier au problème commun de la sécurité de l'approvisionnement en eau ». « On ne peut surestimer la gravité de cette menace et l'importance de trouver une approche commune afin de surmonter cette menace », fait Denise Pascal Allende. Il s'agit d'un problème sensible et complexe, et le fait d'avoir pu en débattre dans un contexte constructif et positif témoigne « de la volonté de toutes les parties de trouver des solutions propices à la coexistence pacifique ».

De son côté, le Secrétaire général de l'UIP, Martin Chungong, s'est réjoui que cette rencontre de Genève ait permis de réunir cette semaine des scientifiques et des parlementaires de la région. « Et la communauté scientifique nous a prouvé que des modèles de coopération propres à renforcer la paix existent réellement et que les mesures à prendre en la matière ne relèvent pas de l'impossible », souligne-t-il.

En conclusion, l'UIP rappelle cette étude de l'Institut des ressources mondiales qui note que le Moyen-Orient abritera huit des dix pays les plus soumis au stress hydrique d'ici à 2040.

Cette table ronde sur l'eau, qui s'est achevée le 2 juin, a constitué la première d'une série de manifestations organisées par l'UIP, via son Comité sur les questions relatives au Moyen-Orient. Ouverte à tous les parlements du Moyen Orient, elle a réuni des parlementaires du Bahreïn, d'Egypte, d'Israël, de Palestine et des Emirats arabes unis ainsi que des membres du Comité sur les questions relatives au Moyen-Orient de l'UIP.

(Interview : Martin Chungong, Secrétaire général de l'Union interparlementaire ; propos recueillis par Alpha Diallo)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...