A Gaza, Ban Ki-moon se félicite des progrès en matière de reconstruction mais s'inquiète de la situation humanitaire

Écouter /

Une zone industrielle dans le nord de Gaza, où la ferraille est recyclée et les débris de la guerre de Gaza sont transformés en ciment de mauvaise qualité et matériel de construction. Photo : Banque mondiale / Arne Hoel

En visite mardi à Gaza, le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, s’est félicité mardi des progrès réalisés en matière de reconstruction, deux ans après le conflit de l’été 2014, mais s’est inquiété de la situation humanitaire et du taux très élevé de chômage.

« Près de 90% des écoles et des hôpitaux ont été réparés. De nombreuses maisons ont été reconstruites. Mais il reste encore beaucoup à faire », a dit M. Ban lors d’un point de presse.

Au-delà de la reconstruction des bâtiments détruits, il est aussi possible de reconstruire la vie des habitants traumatisés, a-t-il ajouté.

Le chef de l’ONU a toutefois noté que la population de Gaza endurait « des conditions de vie très difficiles ». « La fermeture de Gaza suffoque ses habitants, étouffe son économie et entrave les efforts de reconstruction. Il s’agit d’une punition collective pour laquelle les responsables doivent rendre des comptes », a-t-il estimé.

M. Ban a rappelé que 70% de la population de Gaza avait besoin d’une assistance humanitaire et que plus de la moitié des jeunes n’a que peu ou pas de perspectives d’emploi ou d’espoir.

« Cette situation ne peut pas continuer. Cela nourrit la colère et le désespoir. Cela augmente le risque d’une nouvelle escalade des hostilités, ce qui ne peut qu’amener de nouvelles souffrances à la population de Gaza », a-t-il déclaré.

Le Secrétaire général a estimé que les perspectives d’un relèvement complet seront limitées tant que Gaza et la Cisjordanie ne seront pas unies sous l’autorité d’un gouvernement palestinien unique, démocratique et légitime. « La responsabilité de la réconciliation revient aux dirigeants palestiniens », a-t-il estimé.

Mardi, Ban Ki-moon a également rencontré à Jérusalem le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

Lors d’une conférence de presse conjointe, le Secrétaire général a rappelé que « les mesures de sécurité ne peuvent jamais suffire à elles seules à résoudre les causes profondes des cycles de violence auxquels sont confrontés les Israéliens et les Palestiniens ».

« Mes conversations avec vous, M. le Premier ministre, m’ont aidé à comprendre les frustrations et les peurs d’Israël. La frustration que parfois des règles différentes s’appliquent à votre pays aux Nations Unies. La peur que votre pays et votre peuple soient constamment sous la menace », a-t-il ajouté. « En même temps, M. le Premier ministre, je vous encourage à prendre les mesures courageuses nécessaires pour éviter la réalité d’un seul Etat vivant dans un conflit perpétuel, ce qui incompatible avec les aspirations nationales des Israéliens et des Palestiniens ».

Le Secrétaire général devait également rencontrer mardi à Ramallah le Président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas.

(Extrait sonore : Ban Ki-moon, Secrétaire général des Nations Unies)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...