Zika : l’OMS ne préconise pas l’annulation ou le report des JO de Rio

Écouter /

Tout a commencé par une lettre ouverte de 150 professeurs de médecine, bio-éthiciens et autres scientifiques, appelant vendredi 27 mai au report des Jeux Olympiques de Rio en raison des risques liés au virus Zika. Mais tard dans la nuit du samedi, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a estimé qu’une annulation ou un changement du lieu des JO ne changerait pas de manière significative la propagation internationale de l’épidémie. Une position maintenue encore ce lundi par l'agence onusienne basée à Genève.

 

Faut-il annuler ou changer le lieu des jeux Olympiques en raison de Zika ? C'est une question qui divise les experts et inquiète une partie du monde sportif. Inquiétude relayée par les signataires d'une lettre ouverte adressée à la Directrice générale de l'OMS. Quelque 150 spécialistes de la santé ont appelé vendredi dernier à un report des Jeux Olympiques de Rio en raison de l’épidémie de virus Zika qui sévit au Brésil.

Dans cette lettre ouverte adressée à l’Organisation mondiale de la santé (OMS), les spécialistes soulignent que la souche brésilienne du virus porte atteinte à la santé humaine « d’une manière que la science n’avait jamais observée auparavant ». Ils rappellent que Rio est une ville hautement affectée par le virus. Selon eux, maintenir les Jeux en août à Rio ferait courir un risque élevé, avec la présence d’un demi-million de touristes étrangers « susceptibles de contracter ce virus et de rentrer chez eux, où il pourrait devenir endémique ». Ils proposent même d’organiser l’événement sportif dans une autre ville-hôte.

Mais selon l’OMS, un report ou un déplacement des Jeux Olympiques « ne changera pas de manière significative l’expansion internationale du virus Zika ». L'OMS a balayé ces deux éventualités. L’organisation onusienne basée à Genève réitère ainsi ses recommandations pour ceux qui doivent gagner une région infectée par Zika. Elle demande notamment aux femmes enceintes de ne pas se rendre à Rio de Janeiro.

Dans tous les cas, l'OMS rappelle que ce n'est pas à son organisation de décider du sort de ces JO. L'institution onusienne invite toutefois les athlètes et les visiteurs se rendant à Rio de Janeiro et dans d’autres zones ou circule le virus Zika à se protéger des piqûres de moustique au moyen de produits répulsifs et en portant des vêtements couvrant le plus possible le corps (de couleur claire de préférence). Ils sont également invités à choisir un hébergement climatisé (les fenêtres et les portes restent généralement fermées pour empêcher l’air frais de s’échapper, et les moustiques ne peuvent donc pas entrer).

Selon les données publiées jeudi, le nombre de personnes affectées par le virus recule dans plusieurs pays, mais l’OMS ne constate pas une baisse « générale de l’épidémie ». Le Brésil est le plus touché avec près de 1500 cas de microcéphalies, des malformations congénitales qui pourraient être liés à Zika. Le pays a également observé quelques cas de syndrome de Guillain-Barré peut-être associés à l’infection. Le virus s’est répandu au total dans 60 pays, dont 39 sur le continent américain.

(Extrait sonore : Tarik Jašarević, porte-parole de l'OMS ; Propos recueillis par Alpha Diallo)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...