Syrie : l’ONU craint que l’est d’Alep ne devienne une zone assiégée

Écouter /

Jan Egeland, Conseiller principal de Staffan de Mistura, Envoyé spécial des Nations Unies pour la Syrie (UN Photo/ Alpha Diallo)

Des rapports des médias font état de combats qui faisant rage ce mercredi à Alep, dans le nord de la Syrie, et des raids aériens frappant également des régions à l’est de Damas. C'est dans ce contexte que se sont réunis ce mercredi à Genève le Groupe de travail sur l'accès humanitaire et le Groupe de travail sur la cessation des hostilités. Et le Conseiller spécial de l'Envoyé spécial de l'ONU pour la Syrie s'est préoccupé du refus du gouvernement syrien de laisser passer l’aide humanitaire dans l’est d’Alep, où se trouvent les quartiers rebelles de la ville syrienne. Jan Egeland craint l’apparition d’une nouvelle zone assiégée.

 

« Les combats atroces et les bombardements de ces derniers jours en Syrie, notamment autour de la Province d'Alep, conduisent à des situations de souffrances sans fin. Les combats dans le secteur d’Alep engendrent ainsi de nouvelles zones martyrs, et peut-être de nouveaux secteurs en état de siège. Des centaines d’employés humanitaires ne sont pas en mesure d’entrer dans Alep, faute de feu vert du gouvernement syrien. Il est honteux de voir qu’au moment où la population d’Alep souffre, il ne lui a jamais été aussi difficile de fuir qu’aujourd’hui. Nous n’avons pas besoin de déclarations. Maintenant, nous avons besoin de deux choses: une fin des combats et des bombardements ainsi que l’autorisation d’aller aider les personnes qui souffrent. Car sur place, c’est une catastrophe. Les docteurs et infirmières se font tuer pendant que la population  saigne. Nous espérons que les choses vont changer à court terme, car sinon l’Est d’Alep risque de devenir une zone assiégée ».

En avril, l’ONU a demandé à avoir accès à 35 localités syriennes où vivent 905.000 personnes. « Une réponse nous a été envoyée et les nouvelles ne sont pas bonnes », a regretté M. Egeland, soulignant que Damas a mis son veto à la distribution d’aide alimentaire vers la moitié des localités demandées par l’ONU, dont l’Est d’Alep.

Cette annonce intervient alors que les Nations Unies s’activent pour tenter de rétablir le cessez-le-feu surtout à Alep. Après une rencontre lundi avec John Kerry, Secrétaire d'Etat américain, l'Envoyé spécial de l'ONU pour la Syrie s'est ensuite rendu mardi à Moscou pour y rencontrer le Chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov. Objectif de cet intense ballet diplomatique de Staffan de Mistura, trouver une solution pour réduire les violences et permettre ainsi la réouverture d'un nouveau de round de discussions intersyriennes à Genève.

(Extrait sonore : Jan Egeland, Conseiller principal de Staffan de Mistura, Envoyé spécial des Nations unies pour la Syrie)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...