Staffan de Mistura: « il importe de renforcer la cessation des hostilités »

Écouter /

Des bâtiments touchés par les obus lors d'un bombardement de la ville de Homs en Syrie. Photo ONU/David Manyua

A l'issue d'une réunion du Groupe de soutien international à la Syrie (GSIS), tenue à Vienne ce mardi 17 mai 2016, le Groupe a réaffirmé sa détermination à renforcer la cessation des hostilités, afin d’assurer un accès humanitaire complet et durable en Syrie, ainsi que la progression vers une transition politique pacifique.

Lors d'un point de presse commun donné par l’Envoyé spécial de l’ONU pour la Syrie, le Secrétaire d’Etat américain John Kerry et le Ministre russe des affaires étrangères, Sergey Lavrov, Staffan de Mistuara a estimé que « les pourparlers intra-syriens deviendront crédibles lorsqu'il y aura un développement crédible en matière de cessation des hostilités et une amélioration crédible sur le plan humanitaire. » Il a précisé qu'aucune date pour l'instant n'a été arrêtée pour les prochains pourparlers en raison notamment de l'imminence du début du Ramadan.

L'Envoyé spécial a jugé nécessaire de faire pouvoir respecter davantage la cessation des hostilités, soulignant que d'importants efforts ont été déployés en ce sens. Il s'est félicité de la mise à niveau du Centre d’opérations et d'échange d’expérience militaire russo-américain installé à Genève.

S'agissant de l'aide humanitaire, Staffan de Mistura a regretté que seuls 12 des 18 sites assiégés aient pu être atteints par les équipes humanitaires. Il a fait valoir que la façon dont sont assiégées certaines zones s'apparent à un type médiéval de siège. Il a souligné que si l'on ne peut atteindre par voie terrestre les civils des zones assiégées, il faudra envisager, comme cela a été fait en collaboration avec le Programme alimentaire mondial (PAM) à Deir ez-Zor, de recourir à une opération aérienne conjointe réunissant la Fédération de Russie, les États-Unis et d’autres pays pour faire parvenir de l'aide humanitaire et des vivres à 110.000 personnes. Une telle opération aurait inenvisageable, il y a un mois, a-t-il insisté.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/10/2017
Loading the player ...