PMA: l’examen à mi-parcours du Programme d’Istanbul débute demain en Turquie

Écouter /

Une jeune fille sur une plage des Iles Salomon. Photo: Aleta Moriarty/World Bank

A partir de vendredi, à Antalya, en Turquie, la commmunauté internationale fera le bilan à mi-parcours de progress réalisés par les pays les moins avancés depuis l’adoption, il y a cinq ans, du Programme d’Istanbul.

Adopté en  2011, le Programme d’Istanbul trace une vision et une stratégie pour le développement durable pour les 48  PMA, pendant la prochaine décennie; à mi-chemin elle fera le bilan des réussites, des défis et des leçons apprises.

Avant l’ouverture de la conference d’Antalya, Gyan Chandra Acharya, Sous-Secrétaire général pour les pays les moins avancés et Haut Représentant pour les pays en développement sans littoral et les petits États insulaires en développement, fait le point sur les progrès realises à ce jour, ainsi que sur les defis qui doivent encore être relevés

La participation est attendue au plus haut niveau politique, avec des représentants des gouvernements, du secteur privé, des organisations multilatérales, de la société civile et du milieu universitaire. Il se traduira par un résultat négocié et accepté sous forme d’une déclaration politique.

Selon l’Office des Nations Unies, les PMA représentent le segment le plus pauvre et le plus faible de la communauté internationale, comprenant plus de 880 millions de personnes (12 pour cent de la population mondiale) et souffrent souvent d’une crise de gouvernance, d’instabilité politique et, dans certains cas, de conflits internes et externes.

La catégorie des PMA a été officiellement créé en 1971 par l’Assemblée générale de l’ONU pour attirer le soutien international spécial pour les membres les plus vulnérables et défavorisés de la famille des Nations Unies. La liste actuelle des PMA comprend 34 pays en Afrique, 13 en Asie et dans le Pacifique et 1 en Amérique latine. Le plus récent à avoir rejoint cette catégorie est le Soudan du Sud.

(Extrait sonore : Gyan Chandra Acharya, Sous-Secrétaire général pour les pays les moins avancés et Haut Représentant pour les pays en développement sans littoral et les petits États insulaires en développement; propos recueillis par Stéphanie Coutrix)

 

Classé sous L'info.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...