ONU: il faut tirer les leçons du Liban au Sommet mondial sur l'action humanitaire

Écouter /

Préparation d’un festin : un projet de cuisine innovante trouve un moyen de lutter contre la dépression, le stress et la pauvreté parmi les femmes réfugiées syriennes au Liban.(Photo : HCR)

Le monde doit énormément aux Libanais et aux autorités libanaises pour leur générosité, a affirmé le Coordonnateur humanitaire pour le Liban, Philippe Lazzarini, à l'approche du Sommet humanitaire mondial, qui se tiendra lieu à Istanbul le 23 et 24 mai prochains.

Ce sommet a pour objectif de chercher trouver des solutions aux crises humanitaires complexes et sans précédent auxquelles le monde est aujourd'hui confronté.

Près de 125 millions de personnes dans 37 pays ont besoin d'aide humanitaire. Les conflits violents détruisent la vie de millions de personnes et ont entraîné un nombre sans précédent de réfugiés et de déplacés internes. Près de 60 millions de personnes, dont la moitié sont des enfants, ont été forcées de fuir leurs maisons, et ce chiffre ne fait qu'augmenter.

Pour Philippe Lazzarini, le Liban est un exemple phare en matière d'accueil des personnes en besoin duquel nous pourrions tirer des leçons importantes et ce Sommet mondial sur l'action humanitaire est l'occasion de promouvoir l'exemple libanais dans sa façon de transformer la réponse humanitaire traditionnelle.

Au cours des cinq dernières années, le Liban a été au premier rang d'une des pires crises humanitaires de notre temps. Malgré ses ressources limitées et les défis politiques et sécuritaires, le Liban a fait preuve d'un engagement et d'une solidarité exceptionnels et a ouvert ses portes à plus d'un million de réfugiés qui ont fui la Syrie déchirée par la guerre.

Aujourd'hui au Liban, une personne sur trois est syrienne ou palestinienne. Les communautés libanaises ont ouvert leurs écoles, leurs cliniques et même leurs maisons à des centaines de milliers de Syriens qui ont fui leur pays.

Les partenaires internationaux donnent un soutien considérable au pays. Plus de 1.3 milliard de dollars d'aide humanitaire ont été reçus en 2015, et le niveau de financement en 2016 devrait atteindre ce niveau, voire même le dépasser.

Cependant, alors que nous entrons dans la sixième année du conflit, le Liban atteint ses limites. Les besoins des réfugiés surpassent la capacité des communautés hôtes à fournir des services adéquats, et la stabilité du pays n'est plus un acquis.

Le Liban a récemment présenté un plan pour transformer cette crise en opportunité, en empruntant les outils de l'aide humanitaire pour les appliquer à  des fins à la fois humanitaires et de développement.

Il s'agit notamment d'élaborer des plans d'aide sur plusieurs années, d'avoir un accès universel à l'éducation pour les Libanais et les réfugiés syriens, de stimuler la croissance économique et de créer des opportunités de travail pour les réfugiés syriens aussi bien que pour les Libanais.

La communauté internationale a pour sa part promis son soutien au gouvernement dans cette vision ambitieuse et respecte cet engagement.

Pour le coordonnateur humanitaire le moment est venu de comprendre le rôle changeant de l'assistance dans les crises prolongées, car le soutien aux communautés et institutions libanaises est la clé de la stabilité.

 

(Interview : Philippe Lazzarini, Coordonnateur Résident des Nations Unies et Coordonnateur Humanitaire; propos recueillis par Cristina Silveiro)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...