OMS : Zika, résultat de l’abandon des politiques anti-moustiques dans les années 1970

Écouter /

Dr. Margaret Chan, Directrice générale de l’Organisation mondiale de la santé, à l’ouverture de la 69e assemblée mondiale de la santé (Photo: OMS).

L’épidémie de Zika est le résultat de l’abandon des politiques anti-moustiques dans les années 1970. Telle est la conviction de la Directrice générale de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) à l'ouverture de la 69e Assemblée mondiale de la Santé (AMS) ce lundi à Genève. Dr. Margaret Chan a d'abord rappelé que le virus a pris le monde « par surprise, sans vaccin et sans test de diagnostic fiables et largement disponibles ». Mais à l'image d'Ebola dont les ravages en Afrique de l'Ouest ont été le résultat d'une absence d'infrastructures sanitaires adéquates, l'épidémie de Zika montre également des failles dans les réponses collectives.

« Pour protéger les femmes en âge de procréer, que pouvons-nous faire? Offrir des conseils: éviter les piqûres de moustiques. Retarder la grossesse. Ne pas voyager dans les régions touchées.  L’épidémie de Zika a révélé l’incapacité de certains pays affectés “à proposer un accès universel aux services de planning familial. L’Amérique latine et les Caraïbes ont la plus forte proportion de grossesses non désirées dans le monde entier. Par-dessus tout, la propagation de Zika, la résurgence de la dengue et la menace émergente du chikungunya sont le résultat de la politique désastreuse  ayant conduit à l’abandon du contrôle des moustiques dans les années 1970 ».

Le Zika, la dengue et le chikungunya sont trois maladies transmises par le moustique de type Aedes aegypti. L’épidémie de Zika, un virus transmis par le moustique Aedes aegypti ou lors de relations sexuelles, s’est déclarée en Amérique latine en 2015 et s’est rapidement étendue dans la région.

Il faut juste rappeler qu'en février dernier, l’ONU avait exhorté les pays touchés par le Zika à autoriser l’accès des femmes à la contraception et à l’avortement.

(Extrait sonore : Dr. Margaret Chan, Directrice générale de l’Organisation mondiale de la santé)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
08/12/2017
Loading the player ...