Mossoul/Falloujah : des Iraquiens se réfugient même en Syrie (HCR)

Écouter /

Des réfugiés iraquiens à leur arrivée au camp d’al-Hol, dans la province d’Hasakah, au nord-est de la Syrie (Photo: UNHCR).

Plus de 4.200 habitants de Mossoul, la grande ville du nord de l’Iraq tombée en juin 2014 aux mains des djihadistes de l’Etat islamique, ont trouvé refuge en Syrie au mois de mai. « Rendez-vous compte, des réfugiés fuient vers la Syrie. Ils doivent donc être désespérés. C’est à cause de la bataille en cours », a d'ailleurs déclaré Melissa Fleming, porte-parole du Haut-Commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR), évoquant l’offensive des forces gouvernementales pour reprendre la ville. L'agence onusienne basée à Genève s'attend à en voir 50.000 autres passer à leur tour la frontière à brève échéance.

 

Près de 50.000 civils restent toujours assiégés à Falloujah depuis plusieurs mois. Des populations qui manquent de tout et qui tentent de sortir de ce piège en trouvant parfois refuge dans un camp de déplacés à Amiriyat al-Falloujah, dans la province d’al-Anabar. Elles ont dû marcher de nuit pendant plusieurs heures et se cacher dans des sites d’irrigation inutilisés.

A Mossoul, autre ville contrôlée par les djihadistes de Daech, le nombre d’Iraquiens qui tentent de se rendre en Syrie a largement augmenté récemment. Selon le Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés, près de 4300 personnes sont arrivées au camp d’al-Hol, dans la province d’Hasakah, au nord-est de la Syrie. La plupart des réfugiés ont dû engager des passeurs pour arriver dans cette région kurde de Syrie au bout de deux jours à une semaine. Mais une famille a mis un mois pour atteindre cette province depuis Mossoul.

Pourtant ces obstacles ne freinent pas l'ardeur de ces déplacés internes et réfugiés iraquiens qui rapportent une  forte hausse des exécutions à Falloujah depuis l’offensive de l'armée de Bagdad lundi. L’Etat islamique (EI) exécute davantage les nombreux hommes qui refusent de combattre à ses côtés. Plusieurs personnes, dont des femmes et des enfants, qui tentaient de sortir de Falloujah ont été aussi tuées. Le HCR, qui rapporte les indications données par ces déplacés, note que d’autres personnes ont même été brûlées vives dans leurs maisons en raison des opérations militaires en Iraq.

(Correspondance d'Alpha Diallo à Genève pour la Radio des Nations)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/10/2017
Loading the player ...