Migration : plaidoyer pour une politique « d'ouverture contrôlée » en Europe

Écouter /

Deux enfants marchent dans la boue  dans un camp de migrants et de réfugiés à Idomeni, en Grèce (mars 2016) Photo: © UNICEF/UN012804/Georgiev

De retour d'une visite officielle en Grèce, le Rapporteur spécial sur les droits de l'homme des migrants a appelé l'Europe à faire preuve de suffisamment de volonté politique pour gérer de manière optimale l'afflux de migrants et de réfugiés sur le continent, non pas en sécurisant les frontières, mais en appliquant une politique « d'ouverture contrôlée ».

François Crépeau s'inquiète de l' «absence de réalisme » des autorités européennes à l'égard de la gestion d'une crise migratoire de l'ampleur actuelle, et dénonce une « espèce de compétition » entre les États, notamment en Europe orientale, « à qui fermera la porte le plus étroitement aux réfugiés ».

Pour le Rapporteur spéciale, cette attitude est néfaste pour l'Europe et la cause principale de la crise migratoire en Europe.

« Plus vous interdisez la migration, plus vous poussez les migrants dans la clandestinité et plus vous perdez le contrôle de ce qui se passe puisque vous obligez tout le monde à fonctionner dans la clandestinité », fait-il notamment observer.

Pendant sa visite, François Crépeau a notamment pu visiter plusieurs « hotspots », ces anciens centres de réceptions et d'identifications de migrants et de réfugiés qui sont devenus des centres fermés depuis l'entrée en vigueur de l'Accord entre l'Union européenne et la Turquie.

Le Rapporteur spécial y dénonce surtout la détention de mineurs, ainsi que des conditions de vie difficile, en raison notamment de la surpopulation, du manque de services et de l'insuffisance des dispositifs de protection procédurale pour les migrants.

(Interview : François Crépeau, Rapporteur spécial sur les droits de l'homme des migrants. Propos recueillis par Isabelle Dupuis)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...