Mexique : l'ONU s'inquiète de la prévalence de l'impunité dans l'affaire des exécutions sommaires de Tlatlaya

Écouter /

Cécile Pouilly, Porte-parole du Haut-Commissariat aux droits de l’homme (photo d’archive) Photo: ONU/Jean-Marc Ferré

Le Haut-Commissaire aux droits de l'homme est gravement préoccupé par la prévalence de l'impunité au Mexique près de deux ans après les allégations sur le meurtre de 22 personnes à Tlatlaya.

Selon la Commission nationales des droits de l'homme du Mexique, 22 personnes ont été tuées, dont douze qui auraient été sommairement exécuté en juin 2014 dans un hangar à Tlatlaya.

Sept militaires avaient été arrêtés au moment des faits mais ont tous été relâchés par la suite, dont trois la semaine dernière.

Cécile Pouilly, porte-parole du Haut-Commissariat aux droits de l'homme, indique que pour Zeid Ra'ad al-Hussein, le dossier de Tlatlaya doit être une démonstration de l'engagement des autorités mexicaines à combattre l'impunité, notamment depuis l'amendement du Code militaire qui place dorénavant le personnel militaire sous la juridiction des tribunaux civils pour tout crime commis à l'encontre de civils.

Elle revient aussi sur l'importance pour le Mexique d'établir une institution médicolégale pour faire lumière sur l'affaire de Tlatlaya.

(Interview : Cécile Pouilly, porte-parole du Haut-Commissariat aux droits de l'homme. Propos recueillis par Alpha Diallo)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...