Méditerranée : l’ONU redoute la mort de près de 700 migrants en une semaine au large de la Libye

Écouter /

Des garde-côtes italiens à Lampedusa avec des rescapés d’une tragédie de la Méditerranée. (Photo d’archvies: HCR/F.Fossi).

Près de 700 migrants, dont une quarantaine d’enfants, qui tentaient de gagner l’Italie auraient trouvé la mort, dans des conditions atroces, au cours de la semaine écoulée dans trois naufrages au large de la Libye. Le Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR) tire le bilan de ce drame des témoignages de survivants arrivés la semaine dernière en Italie. Selon ces témoignages, trois naufrages ont eu lieu au large de la Libye en moins d'une semaine, transformant à nouveau la Méditerranée en cimetière. 

 

Cette semaine a été à nouveau meurtrière pour les migrants en Méditerranée. Selon le Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR), 700 d'entre eux partis des côtes libyennes sont morts dans trois naufrages, d’après les témoignages de survivants. Arrivés dans les ports italiens de Tarente, dans les Pouilles (sud), et de Pozzallo, en Sicile, des survivants ont raconté au HCR et à l’ONG Save the Children comment leur bateau avait fait naufrage jeudi matin dans des conditions dramatiques, après avoir quitté le port de Sabrata en Libye.

Selon les estimations de l’agence des Nations unies pour les réfugiés, quelque 500 migrants sont portés disparus depuis le naufrage, jeudi matin au large de la Libye, du bateau de pêche à bord duquel ils étaient entassés. Selon des survivants, au moins 40 enfants, dont des nouveau-nés, figurent parmi les morts.

Une centaine d'autres migrants sont portés disparus depuis le naufrage d'une autre embarcation mercredi. La marine italienne a annoncé vendredi soir avoir récupéré 45 corps après le dernier naufrage survenu en Méditerranée, dont le bilan pourrait encore s'alourdir en raison de dizaines de personnes toujours portées disparues.

Cette nouvelle vague en direction du sud de l'Italie s'explique par les conditions météorologiques plus clémentes. En effet, depuis le retour du beau temps, à l’approche de l’été, le nombre des bateaux tentant la périlleuse traversée entre la Libye et l’Italie a fait un bond.

(Interview : William Splinder, porte-parole du Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés ; propos recueillis par Alpha Diallo)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...