Liban : l’envoyé de l’ONU souligne l’impact négatif créé par la vacance du poste de Président

Écouter /

Vue de la ville de Naqoura, au Liban. Photo: ONU/Mark Garten

L’Envoyé spécial de l’ONU sur la mise en œuvre de la résolution 1559 du Conseil de sécurité concernant le Liban, a souligné vendredi l’impact négatif que provoque la vacance, depuis bientôt deux ans, du poste de Président.

Terje Roed-Larsen était venu faire le point de la situation dans le pays lors d'une réunion à huis clos du Conseil de sécurité.

A l'issue de cette réunion, l'Envoyé spécial a indiqué que ce vide présidentiel entrave la capacité du Liban à prendre des décisions importantes, et que la paralysie actuelle fragilise en outre les institutions du pays.

Il a aussi parlé du démantèlement des milices libanaises et non-libanaises, et a noté que depuis 2004, les activités des milices avaient non seulement continué mais s'étaient également élargies. Il s'est notamment inquiété de l'augmentation de leurs capacités, avertissant que ces milices représentent une menace majeure et très dangereuse pour la souveraineté, la stabilité et l’indépendance politique du Liban.

Adopté en 2004, la résolution 1559 porte sur le respect de la souveraineté et de l’indépendance politique du Liban.

(Mise en perspective : Isabelle Dupuis)

 

Classé sous Conseil de sécurité, L'info.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
18/10/2017
Loading the player ...