La FAO et les lauréats du prix Nobel s'attaquent au double problème de la faim et de la violence

Écouter /

Un jardin potager dans une école à Juba, au Soudan du sud, un projet appuyé par la FAO. Photo. ONU/JC McIlwaine

Oscar Arias Sánchez, Tawakkol Karman, Betty Williams et Muhammad Yunus. Ces quatre lauréats du Prix Nobel de la paix se sont rendus, mercredi, au siège de l'Organisation pour l'alimentation et l'agriculture, à Rome, pour lancer l'Alliance FAO-Nobel de la paix pour la sécurité alimentaire, une nouvelle initiative qui vise à renforcer le lien entre la paix et la sécurité alimentaire dans le monde.

Récompensé en 2006 pour son travail avec les microcrédits dans les pays en développement, Muhammad Yunus a notamment souligné que la distribution gratuite de nourriture ne permettra pas de combattre la faim, et à appeler au contraire à transformer les entreprises et les zones rurales, à transformer les demandeurs d'emploi en créateurs d'emploi et transformer tous les aspects de l'économie rurale et de l'agriculture.

Il a aussi jugé nécessaire de prendre en compte la nutrition, plutôt que de « faire pousser n'importe quoi juste pour la consommation ».

Pour Muhammad Yunus, il faut viser trois zéros : zéro faim, pauvreté et malnutrition, zéro chômage et, zéro émission de carbone.

(Extrait sonore : Muhammad Yunus, Prix Nobel de la paix 2006)

 

Classé sous L'info, Le Journal.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...